LE BLOG QUI EN A RAS LE CUL – «Un peuple d'élite, sûr de lui-même et dominateur" De Gaulle

CROSSblog – Homoparentalité : l’étude statistique censurée en France

[Paru dans « 24 heure actu » le 23 janvier] 

Publié le 23 janvier ? Donc nos politiques agissent en connaissance de cause, on ne peut même pas leur prêter des circonstances atténuantes telles que l’ignorance ou l’incompétence, leur but est clairement mis-à-jour !

gay_pride

Photo : zigazou76

Une étude publiée par un sociologue américain démontre les effets de l’homoparentalité sur la psychologie des enfants privés d’altérité dans leur éducation et confrontés aux questions sur leur conception et leurs origines. Cette étude tenue secrète en France démontre, outre les problèmes de déséquilibre psychologique des enfants élevés par des couples homosexuels, que ces enfants sont en moyenne 10 fois plus victimes d’attouchements sexuels que les enfants ayant grandi dans leurs familles biologiques…

Le sociologue américain Mark Regnerus a publié un article dans le journal américain « Social Science Research, intitulé  « How different are the adult children of parents who have same-sex relationships? Findings from the New Family Structures Study » (A quel point les enfants devenus adultes de parents ayant eu une relation homosexuelle sont-ils différents ? Résultats de l’Étude sur les nouvelles structures familiales), qui dresse la bilan de la longue étude qu’il a menée sur 2988 personnes interrogées.

Les résultats de cette étude du chercheur universitaire sont surprenants. Ils ont été repris dans le site d’information américain Slate. Selon cette étude, les enfants élevés dans leurs familles biologiques disposent d’un meilleur niveau d’études, d’une meilleure santé mentale et physique, ils consomment moins de drogue, se tiennent plus éloignés des activités criminelles et se considèrent plus heureux que les enfants élevés par un couple homosexuel.

A l’inverse, les enfants issus de familles homoparentales, et en particulier de couples lesbiens sont bien plus sujets aux dépressions, il ont plus de problèmes physiques, il consomment plus de marijuana et ont plus de chance d’être au chômage (69% des enfants issus de familles homoparentales vivent des prestations sociales contre 17% pour les enfants de couples hétéros). Surtout, contrairement aux théories de Jean-Michel Aphatie et de Caroline Fourest, selon lesquelles les hétérosexuels sont de violents alcooliques qui frappent leurs enfants et en abusent, les enfants de couple lesbiens seraient en moyenne 10 fois plus victimes d’attouchements sexuels que dans les familles « hétéro-parentales » (23% contre 2% de moyenne).

Aux États-Unis, le lobby gay a été choqué par cette étude et l’a dénoncée si violemment (appuyé par des journalistes progressistes) qu’un mouvement de scientifiques s’est créé pour soutenir ces travaux et leur sérieux méthodologique.

Il est étonnant de constater que cette étude n’a jamais été évoquée par le moindre journaliste, en France, alors que nous sommes censés être en plein débat sur l’homoparentalité. Les journalistes préfèrent suivre les socialistes dans leur chasse aux « dérapages » homophobes plutôt que de s’interroger sur le fond du sujet et sur les dangers d’une telle loi.

Il est clair que les études sociologiques peuvent être controversées, mais pourquoi nous cacher celle là, alors que tous les défenseurs du mariage pour tous les homos, sans jamais rien citer, disent, l’air sûrs d’eux, que les premières études prouvent qu’il n’y a pas de différence éducative entre l’homoparentalité et la parenté « classique » ? Pourquoi personne ne parle tout haut de cet élément qui pourra certes être débattu mais qui ne peut qu’apporter des faits nouveaux aux discussions.

Qu’on montre toute les études et chacun se fera son idée, pourquoi laisser Caroline Fourest nous expliquer que les enfants de couples homosexuels sont en pleine forme sans mettre en doute cette vérité énoncée qui ne coule pourtant pas de sens ?

En même temps, tous ces futurs enfants dépressifs, drogués, aux troubles psychologiques, parasites de l’état, formeront de formidables électeurs (et militants pour ceux qui seront un peu plus en forme) du Parti Socialiste. On comprend mieux pourquoi le PS veut déglinguer nos enfants et légaliser le commerce des bébés…

La dégénérescence programmée, c’est maintenant !

Publicités

8 Réponses

  1. Chapeau bas à toutes les  » études  » …..mais ……y a t il vraiment besoin d’  » études  » pour confirmer ce qui tombe sous le sens ???
    Perso , je ne serais pas trop heureuse de savoir que je sors du ventre césarienné d’une pauvre fille hindoue qui fait ça pour pouvoir nourrir ses propres enfants …ou le joujou très cher d’une tapette en mal de pouponnage …

    juin 4, 2013 à 11:12

    • Eh bien, il y a malheureusement besoin d’études puisque le bon sens a disparu. tous devient scientifique, cela prend des lustres et de l’argent… alors qu’une simple règle de bon sens suffirait et nous ferais gagner du temps et de l’argent. Encore une fois, le bon sens nous a quitter, il faut donc tout argumenter scientifiquement pour prétendre avoir droit au chapitre, c’est regrettable, mais c’est comme ça

      juin 5, 2013 à 5:28

  2. Ma foi, ça va tout dans le même sens, on veut nous faire crever par tous les moyens. C’est d’autant plus judicieux qu’on se laisse faire.
    Alors…

    juin 4, 2013 à 12:20

    • Oui, c’est bien ça… mais on ne se laisse pas faire !

      juin 5, 2013 à 5:29

  3. Erevis

    J’avais lu un article qui démontait en partie l’étude, l’échantillon assez faible, le point de départ de l’étude assez flou, c’était convaincant.

    Toujours est-il qu’aucune étude sérieuse n’a pour autant été lancée, et en même temps on est clairement dans l’empirisme, on ne saura que c’est réellement mauvais qu’une fois qu’on aura bousillé énormément de personnes.

    De toute manière comme Hanoho l’a écrit dans son billet sur la zoophilie, on est devant des postulats tellement débiles à la base qu’on ne peut même pas discuter. C’est mieux d’avoir des parents homos gentils que des parents hétéros violents (peut être) . Vu comment c’est biaisé on a quand même du mal à répondre de manière cohérente.

    De plus malgré la faiblesse de l’étude, les personnes considérées comme lesbienne ne le sont qu’après avoir eu ne serait-ce qu’un baiser avec une autre femme (si j’ai bien saisie) c’est montrer à quel point une toute petite déviance peut entrainer un changement capital chez l’enfant.

    Enfin bon, maintenant que c’est passé de toute manière, tous les comportements déviants vont petit à petit être ramené dans un halo de normalité différenciée.

    juin 5, 2013 à 4:40

    • Il vaut mieux avoir des parents homos gentils que des parents hétéros violents.
      Et il vaut mieux tuer 10,000 personnes que 100,000 personnes.
      Entre deux pires, est-il encore possible de choisir le bien?

      juin 5, 2013 à 1:26

      • Bonne question, il semble qu’on ne nous laisse pas vraiment le choix, à nous de le prendre.

        juin 5, 2013 à 5:30

    • Quoi qu’il en soit, aucune étude ne devrait être nécessaire… Il s’agit juste de bon sens.

      juin 16, 2013 à 2:07

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s