LE BLOG QUI EN A RAS LE CUL – «Un peuple d'élite, sûr de lui-même et dominateur" De Gaulle

Articles tagués “La destruction des nations par l’ultra-libéralisme

L’accord de Cotonou de 2010, Comment l’Europe plannifie la disparition des petites Etat-Nations

L’accord de Cotonou scelle une nouvelle relation entre l’Union Européenne et les pays ACP (Afrique – Caraïbe – Pacifique). C’est une belle invention qui nous vient tout droit de la commission européenne, qui fleure bon la dictature mondiale, et la suppression pure et simple des petites nations dans le monde. On peut trouver le texte officiel ici, que je vais m’empresser de disséquer.

cotonou

 

Introduction

Article 2 « En vue de la réalisation des objectifs du partenariat, les États ACP déterminent, en toute souveraineté, les stratégies de développement de leurs économies et de leurs société. »

On va voir plus loin ce que la commission européenne entend par souveraineté. N’y croyez rien, ce mot est vide de sens, l’objectif est bien d’intégrer une gouvernance mondiale, en posant les jalons d’un intégration d’abord régionale puis continentale:

Article 3 « Le dialogue porte sur l’ensemble des objectifs et finalités définis dans le présent accord ainsi que sur toutes les questions d’intérêt commun général ou régional, y compris les questions relatives à l’intégration régionale ou continentale. »
Article 9 – 2 « Les parties s’engagent à promouvoir et protéger toutes les libertés fondamentales et tous les droits de l’homme, qu’il s’agisse des droits civils [limitation de la liberté d’expression] et politiques [inféodations au partis politiques subventionnés par les fortunes apatrides], ou économiques [droit au chômage et à la paupérisation], sociaux [le mariage pour tous] et culturels [promotion du multiculturalisme]. […] Les principes démocratiques sont des principes universellement reconnus sur lesquels se fonde l’organisation de l’État pour assurer la légitimité de son autorité. »

Donc sortir de la démocratie est illégal, on n’a pas même besoin de se poser la question puisque c’est un « principe universellement reconnu » …universellement reconnu comme étant un système défectueux et servant les intérêts de l’oligarchie apatride, par tous les penseurs honnêtes tout du moins. On remarquera que dans l’histoire les démocraties ne se sont pas gênées pour bafouer les droits de l’homme dont elles font pourtant la promotion.

Article 9 – 3 « Le renforcement des capacités pour l’élaboration et la mise en œuvre de mesures visant en particulier la prévention et la lutte contre la corruption. »

Encore des vœux pieux, que l’on a notamment entendu dans la bouche de ineffable Cahuzac. En réalité, une telle institution qui se réclame de la démocratie devient intouchable pour le commun des mortels qui se perdent dans un dédale administratif de type soviétique s’ils devaient vouloir faire valoir leurs droits. Or on sait où mène l’impunité… certainement pas à la lutte contre la corruption. En fait, ce document est rempli de bons sentiments, paix, justice, amour bisous bisous. Évidemment, les signataires savent tous que cela n’est que du bidon. Les petits trafiquants par exemple sont peut-être pourchassés, mais uniquement s’ils ne servent pas les intérêts des mafias planétaires toutes puissantes. De toute manière, où est l’organisme indépendant chargé de vérifier le respect de l’individu et de sa liberté ? Nulle part… les signataires sont donc juges et parties, on est chargé de les croire sur parole.

Souveraineté ?

Au nom de la paix les nations sont sommées de se désarmer… Pardon, mais la paix s’impose et s’obtient lorsque l’on est capable de se défendre à tout type d’agression. Il n’est pas sûr que les USA auraient atomisé le Japon si à l’époque le Japon avait disposé de l’arme nucléaire… Et pourtant, on peut lire:

« Article 11b -1 Les parties conviennent en conséquence de coopérer et de contribuer à la lutte contre la prolifération des armes de destruction massive et de leurs vecteurs en veillant au respect intégral et à la mise en œuvre au niveau national des obligations qu’elles ont contractées dans le cadre des traités et accords internationaux de désarmement et de non-prolifération ainsi que de leurs autres obligations internationales en la matière. Les parties conviennent que la présente disposition constitue un élément essentiel du présent accord. »

Ainsi, les nations en voie de disparition seront de toute façon totalement désemparée dans le cas où elles voudraient se rebeller contre cette politique mondialiste entre les mains d’on sait qui. D’ailleurs, si une nation devait être soupçonnée de vouloir continuer à se défendre, alors:

Article 11b – 6 « Si les consultations ne conduisent pas à une solution acceptable par les parties, en cas de refus de consultation ou en cas d’urgence particulière, des mesures appropriées peuvent être prises.« 

Article 96 1 – c « Les « mesures appropriées » au sens du présent article, sont des mesures arrêtées en conformité avec le droit international et proportionnelles à la violation. »

Menace qui n’est même pas voilée. En d’autres termes, rendez les armes ou ça va chier pour votre matricule. La suite est aussi intéressante: on a vu que les pays ACP géraient leur politique souverainement. On va voir ce que signifie vraiment le mot « souverain » sous la plume des mondialistes:

Article 12 « Lorsque la Communauté [européenne] envisage, dans le cadre de ses compétences, de prendre une mesure susceptible d’affecter les intérêts des États ACP, pour autant que les objectifs du présent accord soient concernés, elle en informe le groupe ACP en temps utile.« 

C’est ça la souveraineté ?? Mais de qui se moque t-on ?! On a décidé pour vous et on vous avertira quand on le jugera nécessaire… elle est pas belle votre souveraineté ? Et si les pays ACP ne sont pas d’accord ? Toujours dans l’article 12:

En cas de besoin (sic), une demande d’information peut également être introduite à l’initiative des États ACP. À la demande de ceux-ci, des consultations ont lieu à bref délai afin qu’il puisse être tenu compte de leurs préoccupations quant à l’impact de ces mesures avant qu’une décision finale ne soit prise. Si la Communauté ne donne pas suite aux observations des États ACP, elle les en informe dès que possible en indiquant ses raisons. Le groupe ACP reçoit en outre, si possible à l’avance, des informations adéquates sur l’entrée en vigueur de ces décisions.

On croit rêver ! Donc les pays en pleine possession de leur prétendue souveraineté on juste le droit de dire: « heu, s’il vous plait, on pourrais dire quelque chose ? Parce que ça nous concerne quand même. » La communauté dans son extrême bonté l’écoute et en cas de refus de la dite demande, l’UE se contente de lui en révéler la raison, par exemple: « on vous emmerde« . Ça c’est une raison qu’elle est bonne, non ? De toute façon, ils ne seront mis au jus que plus tard, c’est-à-dire mis devant le fait accompli ! Elle est belle la souveraineté. Autant déclarer tout de suite que les nations ACP n’existent plus, ce serait plus honnête. Au fait, c’est qui ces états qui de fait vont disparaître en tant que tel, en voilà la liste:

ACP

 

 

Immigration

Article 13 – 2 « Les parties sont d’accord pour considérer qu’un partenariat implique, à l’égard des migrations, un traitement équitable des ressortissants des pays tiers résidant légalement sur leurs territoires, une politique d’intégration ayant pour ambition de leur offrir des droits et obligations comparables à ceux de leurs citoyens, à favoriser la non-discrimination dans la vie économique, sociale et culturelle et à mettre en place des mesures de lutte contre le racisme et la xénophobie. »

En d’autres termes, génocide globale des cultures locales, mélangez-vous ! Et ceux qui refusent sont des racistes xénophobes ! Et bien sûr, il va falloir héberger, nourrir, loger et trouver un emploi à tous les étrangers désireux de venir chez vous sans aucun favoritisme pour les membres de votre propre peuple !

Article 12 – 3 « Chaque État membre accorde aux travailleurs ressortissant d’un pays ACP exerçant légalement une activité sur son territoire, un traitement caractérisé par l’absence de toute discrimination fondée sur la nationalité par rapport à ses propres ressortissants, en ce qui concerne les conditions de travail, de rémunération et de licenciement. Chaque État ACP accorde, en outre, à cet égard un traitement non-discriminatoire comparable aux travailleurs ressortissants des États membres. »

Les Institutions

Tout ce micmac qui se fait dans le dos des peuples est géré par trois institutions, le conseil des ministres, le comité des ambassadeurs et l’Assemblée parlementaire paritaire.

Le conseil des ministres

Article 15 – 1 « Le Conseil des ministres est composé, d’une part, des membres du Conseil de l’Union européenne et de membres de la Commission des Communautés européennes et,d’autre part, d’un membre du gouvernement de chaque État ACP. »

Donc les représentants des peuples des petits pays d’Afrique, Caraïbe et Pacifique auront en face d’eux des gens cooptés venant du Bilderberg, de la Trilatérale, de Goldman Sucks ou ayant étudié à l’université Georgetown, comme Barroso, haut lieu de la formation des cadres de la CIA, et nullement des représentants des peuples européens. Et ce sont ces gens là qui en notre nom vont imposer les réformes sociétales et économique aux pays ACP. Le conseil des ministres donne la ligne à suivre, son rôle est « d’adopter les orientations de politiques. » Pour adopter une mesure politique, il suffit de

Article 15 – 3 « la moitié des membres du Conseil de l’Union européenne, d’un membre de la Commission et des deux tiers des membres représentant les gouvernements des États ACP. »

Mais le meilleur, c’est que le conseil des ministres, (issu du même article):

« peut prendre des décisions qui sont obligatoires pour les parties.« 

C’est comme ça, point barre, y’a pas à discuter.

Le comité des ambassadeurs

Article 16 – 1 « Le Comité des ambassadeurs est composé, d’une part, du représentant permanent de chaque État membre auprès de l’Union européenne et d’un représentant de la Commission et, d’autre part, du chef de mission de chaque État ACP auprès de l’Union européenne. »

Cette fois-ci, pas un seul des membres n’est connu du grand public, que d’illustres inconnus arrivés là par la grâce du saint esprit et aux commandes des nations. Le comité des ambassadeurs c’est grosso modo le pouvoir exécutif, il applique dans les détails la politique générale décidée par le conseil des ministres. Bref, c’est une usine à gaz technocratique aisément corruptible… un machin au service des intérêts supérieurs de la finance apatride.

L’assemblée paritaire

C’est le seul organe pseudo-démocratique. C’est-à-dire que des membres élus devrons y siéger. Quand on connait le foutoir pas possible du parlement européen avec des élus ayant des salaires de président de la République et l’oreille attentive à tous les lobbies de la finance, en passant par la pharmacie jusqu’au BTP… on a de bonnes raisons de se faire du soucis. De toute façon, son rôle est juste de « promouvoir » la paix et l’amour, « d’examiner » les rapports qu’on lui fournit. Bref, c’est la Douma soviétique au pouvoir essentiellement consultatif !

Le développement économique

Les objectifs ? Des pages de blabla ou on trouve entre autre « l’éradication de la pauvreté »… On se demande par quel moyen, par l’éradication des pauvres ? Les termes sont tellement fourres tout et vagues, qu’on peut y mettre tout et n’importe quoi. On notera tout de même des points qui eux sont beaucoup plus précis:

Article 21 – 1 – c « la privatisation et la réforme des entreprises« 

les entreprises de bien publics des petits pays comme pour l’approvisionnement en eau vont désormais devoir faire du chiffre d’affaire et non plus servir l’intérêt commun.

Article 21 – 2 – c « Mobilisation des flux d’épargne privée, tant domestiques qu’étrangers, pour le financement d’entreprises privées, par le soutien des politiques destinées à développer un secteur financier moderne, y compris les marchés des capitaux, les institutions financières et les opérations viables de microfinance.« 

Donc la finance apatride va pouvoir se servir, c’est open-bar ! Et en ce qui concerne la microfinance, j’en avais déjà parler: nul ne doit pouvoir se soustraire au pouvoir financier !

Article 21 – 3 « La coopération vise à promouvoir le développement des entreprises par des financements, des facilités de garantie et un appui technique. »

Donc non seulement il faut ouvrir les frontières, mettre en concurrence les petites structures artisanales avec les mastodontes multinationales, mais les peuples doivent en plus leur apporter financement, garanties et appui technique… dans le langage courant on dit « file moi cent balles et un mars« . L’objectif étant encore une fois:

Article 22 – 1 – b – v « Encourager la coopération régionale et l’intégration progressive des politiques macroéconomiques et monétaires« 

Autrement dit, c’est l’instauration du Nouvel Ordre Mondial et la standardisation des politiques économiques et monétaires gérées par la toute puissance de USraël. Une sorte de jeu de domino, une structure en forme d’oignon avec au cœur, l’élite apatride, l’empire US aux ordres qui a la main sur son vassal européen et ce dernier gérant la politique des petites nations du monde. les responsabilités sont diluées dans une tambouille administrative ou personne n’est coupable et où tout le monde s’en met plein les poches.

Article 23 – b – c « La coopération appuie les réformes politiques et institutionnelles durables et les investissements nécessaires à l’accès équitable aux activités économiques et aux ressources productives, en particulier:[…] b) le capital, le crédit et la terre, notamment, en ce qui concerne les droits de propriété et d’exploitation; c) l’élaboration de stratégies rurales visant à établir un cadre pour la planification décentralisée, la répartition et la gestion des ressources. »

Ça aussi c’est beau, non ? spéculation foncière, décentralisation, c’est-à-dire confiscation du pouvoir central au profit de petits potentats locaux serviles, accaparement des ressources naturelles… que du bon.

Le développement social

Là encore c’est bienvenu dans le monde des bisounours. « Qualité de l’éducation […] accès équitable à des services de soins complets et de qualité […] lutte contre le VIH […] améliorer l’accès à l’eau potable […] construction de logements sociaux » et patati et patata. Tout va bien dans le meilleur des mondes grâce aux accords de Cotonou. On se demande se qu’ils faisaient avant cet accord… Tout cela ressemble à un énorme shaker où l’on aurait mis toutes les promesses non tenues par nos politiques depuis 50 ans et qu’on nous les balançait tous à la tronche en même temps. S’ils n’ont pas pu le faire avant, ce n’est surement pas cette usine à gaz qui y parviendra.

Coopération et Intégration Régionale

Article 28 « Intégration graduelle des États ACP dans l’économie mondiale […] Coordination et harmonisation des politiques régionales et sous-régionales […] La coopération appuie également les projets aux niveaux interrégionaux et intra-ACP impliquant, par exemple une ou plusieurs organisations régionales ACP, y compris au niveau continental« 

Je crois qu’on avait déjà compris.

Changement climatique

Article 32A – d – vii « Promotion des sources d’énergie renouvelable et des technologies à faible émission de carbone qui privilégient le développement durable« 

Comme je l’avais montré , le réchauffement climatique est un hoax, et la technologie durable n’est qu’un moyen pour éviter le développement des pays sous-développés. A quand des hauts-fourneaux ou des trains qui fonctionnent avec des panneaux solaire ? Quelle bonne blague…

Coopération économique et commerciale

Article 34 – 1 « Le but ultime de la coopération économique et commerciale est de permettre aux États ACP de participer pleinement au commerce international. […] La coopération économique et commerciale doit leur permettre de répondre aux défis de la mondialisation et de s’adapter progressivement aux nouvelles conditions du commerce international, facilitant ainsi leur transition vers l’économie mondiale libéralisée.« 

Bon, c’est toujours bien de répéter au cas où on n’aurait pas compris…

Article 34 – 4 « La coopération économique et commerciale est mise en œuvre en parfaite conformité avec les dispositions de l’accord instituant l’Organisation mondiale du commerce (OMC)« 

On s’en doute bien, tout se tient…

Nouveaux accords commerciaux

Article 36 – 1 « Les parties conviennent de prendre toutes les mesures nécessaires pour conclure de nouveaux accords de partenariat économique compatibles avec les règles de l’OMC, en supprimant progressivement les entraves aux échanges entre elles« 

Voilà une règle qu’elle est bonne, la fameuse concurrence libre et non faussée ! Mettre en concurrence l’industrie allemande avec celle du Nigeria ou celle du Togo, est en effet une belle compétition… que le meilleur gagne !

Article 37 – 4 « Les négociations des accords de partenariat économique visent notamment à établir le calendrier de la suppression progressive des obstacles au commerce entre les parties, conformément aux règles de l’OMC en la matière. En ce qui concerne la Communauté, la libéralisation des échanges s’appuie sur l’acquis et visera à améliorer l’accès actuel des pays ACP au marché, notamment par le biais d’un réexamen des règles d’origine. […] Les négociations seront donc aussi flexibles que possible en ce qui concerne la fixation d’une période de transition d’une durée suffisante, la couverture finale des produits, en tenant compte des secteurs sensibles, et le degré d’asymétrie en termes de calendrier du démantèlement tarifaire.« 

Tout ne va pas être dépecé d’un seul coup, c’est la technique habituelle des petits pas… progressivement, de manière à ne pas braquer brutalement les populations mais à les affaiblir par un travail de sape sans jamais dépasser le seuil d’intolérance. Et pour ceux qui veulent faire du zèle dans la destruction de leur nation:

Article 37A -1 « Dans le contexte des orientations commerciales actuelles axées sur une libéralisation accrue des échanges, l’UE et les États ACP peuvent participer aux négociations et à la mise en œuvre d’accords visant à libéraliser davantage le commerce multilatéral et bilatéral.« 

Transport Maritime

Article 42 – 3 « Chaque partie accordera notamment un traitement non moins favorable que celui qu’elle accorde à ses propres navires, aux navires exploités par des ressortissants ou des sociétés de l’autre partie, et aux navires immatriculés sur le territoire de l’une des parties, en ce qui concerne l’accès aux ports, l’utilisation des Infrastructures et des services maritimes auxiliaires de ces ports, ainsi que les redevances et charges qui y sont liées, les facilités douanières, les postes d’arrimage et les Installations de chargement et déchargement. »

On se demande dès lors pour quelles raisons des armateurs continueraient de battre pavillon national, puisque ayant les mêmes facilités il leur sera dès lors beaucoup rentable de naviguer sous le pavillon des nations les moins regardantes en terme de salaire de l’équipage ou de respect de la nature. C’est du dumping social et écologique pur et dur.

AGSC (Accord Général Sur le commerce des Services)

Article 43 – 2 « [Les parties] reconfirment donc leurs engagements respectifs dans le cadre des accords multilatéraux existants, notamment le protocole sur les services de télécommunications de base joint à AGCS, et invitent les pays ACP qui n’ont pas encore adhéré à ces accords à le faire.« 

L’AGSC, vous ne connaissez pas ? C’est un accord multilatéral de libéralisation des échanges de services, signé à Marrakech en 1994 et qui institua l’OMC. D’après wiki: « L’AGCS oblige les États à créer un environnement compétitif entre entreprises publiques et privées : en pratique, cela se traduit soit par une diminution des subventions aux premières, soit par l’aménagement d’aides particulières pour les entreprises privées. Les subventions au niveau des communes sont aussi visées par l’AGCS. » Aujourd’hui plusieurs collectivités (bien peu) dans le monde se sont constitués « Zone Hors AGCS« .

Politique de concurrence

Article 45 – 2 « Pour assurer l’élimination des distorsions de concurrence et en tenant dûment compte des différents niveaux de développement et des besoins économiques de chaque pays ACP, elles s’engagent à mettre en œuvre des règles et des politiques nationales ou régionales comprenant la surveillance et, dans certaines conditions, l’interdiction d’accords entre entreprises, de décisions d’associations d’entreprises et de pratiques concertées entre entreprises [qui] ont pour objet ou pour effet d’empêcher, de restreindre ou de fausser le jeu de la concurrence.« 

Cet article est magnifique de cynisme: pour prendre en compte la moindre compétitivité des industries des pays ACP, que doit on faire ? Supprimer tout obstacle à une libre concurrence ! C’est l’aveu clair et net d’une volonté de destruction de toutes les infrastructures productives de ces petits pays.

Protection des droits de propriété intellectuelle

Article 46- 5 « Aux fins du présent accord, les droits de propriété intellectuelle couvrent en particulier […] les brevets, y compris les brevets concernant les inventions biotechnologiques et les espèces végétales. »

Dans la même logique qu’ici, nous allons imposer les brevets pour le vivant aux autres pays du monde… révoltant.

Normalisation et certification

Article 47 -1 « [Les parties] réaffirment leur engagement en vertu de l’accord sur les obstacles techniques au commerce, annexé à l’accord instituant l’OMC (accord OTC). » Article 47 -2  « elles réaffirment leurs engagements en vertu de l’accord sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires, annexé à l’accord instituant l’OMC (accord SPS). »

Ce projet peut sembler louable, mais il n’en est rien. Que toutes les nations adoptent les mêmes certifications, pourquoi pas… à condition de savoir par qui sont établis ces certifications. Or dans le cas présent, toute certification internationale est l’œuvre de lobbies auprès des instances dirigeantes dans le but de vendre de la merde à moindre prix et jamais dans l’intérêt des consommateurs.

Commerce et environnement

Après de nombreux blabla sur la nécessité de préserver l’environnement et la « gestion saine et durable de l’environnement« , c’est la douche froide:

Article 49 – 3 « Les parties conviennent que les mesures environnementales ne doivent pas être utilisées à des fins protectionnistes. »

N’importe qui pourra donc invoquer cet article pour faire plier la réglementation en place. C’est exactement l’esprit de la directive du juif Bolkestein.

 

Commerce et norme du travail

Article 50 – 3 « Les parties conviennent que les normes de travail ne doivent pas être utilisées à des fins de protectionnisme »

Idem en tout point au paragraphe précédent.

 

Nature des financements

Article 61 – 2 « L’aide budgétaire directe en appui des réformes macroéconomiques ou sectorielles est accordée lorsque: […] b) des politiques macroéconomiques de stabilité bien définies, établies par le pays et évaluées positivement par ses principaux bailleurs de fonds, y compris, le cas échéant, les institutions financières internationales, ont été mises en place ou sont encours de mise en œuvre.« 

On connait la technique notamment illustré par le FMI: on vous file de la thune à condition que vous appliquiez nos réformes ultra-libérales de privatisation massives des services de bien commun… voir le cas de la Grèce.

esclavage financier et souverainete monetaire

Esclave financier ou Souveraineté monétaire (2012)
(Enquête en Français)
32 pages 125×210 Version Papier
Non, la Crise n’est pas fortuite elle est organisée, par un ramassis de gangsters. La France et 55 autres pays ont été enfermés dans un véritable GOULAG monétaire économique et financier. Les populations de ces pays travaillent sans relâche à l’alimentation d’une pompe à Phynances au débit de plus en plus important. Nos ennemis dans cette guerre ne sont en fait, qu’un « Ramassis de Gangsters », des « Suceurs de Sang » qui fonctionnent comme un « Syndicat du Crime », organisé en « Cartel de Banques » ! Le vrai drame est que les plus serviles « collabos » de ce Cartel sont nos vénaux hommes politiques et grands commis de l’Etat.

 

Le remboursement ad vitam aeternam de la dette

Un autre aspect de cet accord est l’optimisation du remboursement des dettes faite aux usuriers apatrides qui vivent de la rente sur le dos des travailleurs dont les efforts ne visent à terme que le remboursement d’une dette jamais remboursée. C’est le travail gratuit ou plus clairement l’esclavage. Cette dette, épée de Damoclès politique et levier permettant la soumission totale des nations doit être calculée de manière à optimiser les remboursements, au besoin par une suppression d’une partie de celle-ci.

Article 66 – 1 « En vue d’alléger la charge de la dette des États ACP et d’atténuer leurs problèmes de balance des paiements, les parties conviennent d’utiliser les ressources prévues par le cadre financier pluriannuel de coopération au titre du présent accord pour contribuer à des initiatives de réduction de la dette approuvées au niveau international, au bénéfice des pays ACP. »

Article 66 – 2 « La Communauté peut accorder, à la demande d’un État ACP: a) une assistance pour étudier et trouver des solutions concrètes à l’endettement, y compris la dette interne, aux difficultés du service de la dette et aux problèmes de balance des paiements; b) une formation en matière de gestion de la dette et de négociation financière internationale ainsi qu’une aide pour des ateliers, cours et séminaires de formation dans ces domaines; et c) une aide pour mettre au point des techniques et instruments souples de gestion de la dette. »

Article 66 – 3 « Afin de contribuer à l’exécution du service de la dette… »

L’ajustement structurel

Il faut à tout prit éviter un soulèvement populaire, les peuples doivent être cuisinés à petit feu… on l’a déjà vu plus haut, ici c’est confirmé: la dépossession des peuples de leurs biens et l’intégration des nations dans la gouvernance globale doit se faire en douceur.

Article 67- 1 « Les parties veillent à ce que l’ajustement soit économiquement viable et socialement et politiquement supportable. »

Article 67 – 2 « L’appui à l’ajustement structurel vise aussi à: a) Intégrer, dès le début du diagnostic, les mesures propres à favoriser l’intégration régionale et à prendre en compte les effets des ajustements transfrontaliers; b) appuyer l’harmonisation et la coordination des politiques macro-économiques et sectorielles, y compris dans le domaine fiscal et douanier, en vue d’atteindre le double objectif d’Intégration régionale et de réforme structurelle au niveau national. »

 

Promouvoir les investissements privés

A table ! Le démembrement des nations doit être une grande fête pour toutes les fortunes du monde désireuses de faire fructifier leurs pactoles. C’est le bal des vautours pour qui les dignitaires du régime ont déroulé le tapis rouge.

Article 75 « Reconnaissant l’importance des investissements privés pour la promotion de leur coopération au développement et la nécessité de prendre des mesures pour stimuler ces investissements, les États ACP, la Communauté et ses États membres, dans le cadre du présent accord […] facilitent des partenariats et des sociétés mixtes en encourageant le cofinancement, parrainent des forums sectoriels d’investissement en vue de promouvoir les partenariats et les investissements étrangers. […]diffusent des informations sur les opportunités d’investissement et les conditions dans lesquelles opèrent les entreprises dans les États ACP. »

L’intervention des assurances étatiques et régionales

Évidemment, pour être sûr du jackpot, il faut assurer les investisseurs d’un rendement sécurisé. Au cas où les peuples se rebiffent, la finance apatride doit pouvoir assurer ses arrières… sait-on jamais. Dans ce cas, ce seront les peuples soumis qui paieront pour ceux qui se révoltent.

Article 77 – 2 « La coopération offre des garanties et contribue par des Fonds de garantie [soutenu par l’ensemble des nations] à couvrir les risques liés à des investissements éligibles. La coopération apporte plus précisément un soutien à des régimes de réassurance destinés à couvrir l’investissement direct étranger réalisé par des investisseurs éligibles contre les insécurités juridiques et les principaux risques d’expropriation, de restriction de transfert de devises, de guerre et de troubles civils, ainsi que de rupture de contrat. […] Des programmes de garantie visant à couvrir le risque au moyen de garanties partielles d’emprunt. Des garanties partielles sont offertes tant pour le risque politique [révolte] que pour le risque de crédit [défaut de paiement des peuples comme en Islande]. […] des fonds de garantie nationaux et régionaux. »

Conclusion

Il est temps de reprendre les rênes du pouvoir et de mettre toute cette merde aux ordures.

Remarque, ce document officiel est une traduction pitoyable de l’anglais. Le traducteur doit s’appeler Google translate, des paragraphes entiers sont restés en anglais, des tournures de phrases sont approximatives… Bref un travail bâclé qui indique bien qu’il s’agit là d’une grosse bouffonnerie avec des pages et des pages de bons sentiments dégoulinants qui ne seront jamais appliqués, contrairement à la razzia bien réelle faite sur les biens publiques et les infrastructures de ces petits pays.

Voir aussi: