LE BLOG QUI EN A RAS LE CUL – «Un peuple d'élite, sûr de lui-même et dominateur" De Gaulle

juif

L’objectif des anti-sionistes à travers deux exemples

1- Le printemps des sayanim- Jacob Cohen

Scan

J’avais déjà parlé ici du livre de Jacob Cohen dans des termes assez élogieux. Après lecture, on peut dire que c’est un ouvrage léger, facile à lire, qui se veut être à destination d’une population peut habituée à la lecture (c’est assez enfantin) et de préférence issue de l’immigration. Certes, comme je l’avais spécifié, ce récit (dont on ne sait pas quelle est la partie fiction, ni la partie authentique) dénonce véhément la collusion toute puissante en France pour la sauvegarde sans concession des intérêts d’Israël d’abord et avant tout. Mais après réflexion, on s’aperçoit que cet ouvrage distille aussi en son sein une idéologie très à la mode: le multiculturalisme, le métissage, la ringardise du mariage, etc. Pour illustrer mes propos, je vous invite à méditer ces quelques extraits:

  • Une des protagoniste blanche aux cheveux blonds et d’ascendance juive fréquente un arabe. Elle sourit en son fort intérieur devant la stupidité des réflexions qu’elle pourrait entendre:

« C’est surtout le marché du jeudi qui lui fit découvrir le quartier. Les commerces exotiques et la diversité des habitants. La symbiose apparente. L’absence d’agressivité. Et des ruelles d’un charme désuet. Même sa blondeur semblait se fondre dans ce paysage éminemment coloré. Maintenant elle s’amusait des expression ahuries, des interrogations muettes ou euphémiques, sur cette partie du vingtième [arrondissement] où elle se rendait parfois seule le soir. « Quelle inconscience! » devaient penser amis ou collègues. « Tout ça pour un arabe! » auraient pu ajouter d’autres. Elle ne leur en voulait pas spécialement, on n’échappe pas facilement à sa condition. »

Les français sont donc des crétins repliés sur eux-mêmes, fermés à un monde de beauté, pacifique et accueillant… C’est vrai que le marché donne envie… faut vraiment être un pauvre type pour ne pas y voir la beauté du monde qui frappe à notre porte.

1141653893

IMG_5165 marche-de-belleville-paris2

  • Sur le terrible danger de l’attachement (brrr)

« L’approche de la trentaine n’y changeait rien. Elle n’avait jamais commis l’irréparable: lier son sort à celui d’un homme. »

Ouf, on respire…

  • Anti-sioniste, oui, mais faut pas pousser:

« Certaines choses avaient une résonance terrifiante. La famille de son père avait souffert de l’holocauste. L’antisémitisme était une chose abjecte. »

Puisqu’on vous le dit…

  • Anti-sioniste, oui, mais quand même victime:

« A une époque où les juifs comptaient leurs amis, et où les médias s’acharnaient sur Israël »

C’est vrai que cette campagne médiatique anti-Israël est vraiment omniprésente…

  • Les français d’origine étrangère doivent se désassimiler et retrouver leur valeurs qui ne sont pas celles de la France corrompue, et nous français devrions combattre nos « préjugés ».

« Youssef en djellaba ! Auparavant, cela l’aurait mortifiée. Maintenant elle en comprenait le sens. Et même, le vêtement en imposait. […] L’imaginaire autour des femmes voilées devenait soudain inepte. Elle se désolait d’un reste de préjugés. »

  • Porter le voile, c’est faire acte de résistance contre une France qui sent mauvais:

« – Ça ne doit pas être facile tous les jours [de porter le voile].
– Au début. Mais c’est une bonne école de résistance. Et j’ai presque autant de mal avec mes coreligionnaires [trop assimilées]. T’as bien vu.
– Et le travail ?
– Je suis avocate. Je travaille avec mon frère. Beaucoup viennent me consulter parce que je suis pratiquante. Mon boulot est comme une mission pour aider les gens. Le chemin est long pour abolir les discriminations. »

  • La franc-maçonnerie est la route vers le bonheur, mais fut détourné de sa mission première par les sionistes qui ont noyauté le mouvement:

« Il embrassa d’un regard ému le grand hall. toute préoccupation passait au second plan. Il avait conscience de pénétrer dans le panthéon de la franc-maçonnerie française. Ce n’était rien de moins que le siège du Grand Orient, défenseur de la République et de ses idéaux. […] La franc-maçonnerie avait un sens. On appartenait à une grande famille. Les différences étaient transcendées dans l’idéal commun. Un sentiment de fraternité unissait spontanément des maçons inconnus [ça on veut bien le croire] […] La morale maçonnique triomphera de toutes les manipulations ».

2- Comment le peuple juif fut inventé ? – Shlomo Sand

ShlomoSand0002

Là, on passe dans un ouvrage beaucoup plus technique qui se veut universitaire, bourré de références, écrit tout en nuances et en périphrases. L’auteur y explique que le peuple juif est une construction artificielle, que l’Etat hébreu est bâti sur une supercherie: celui de l’existence d’un peuple juif. Bon, je suis assez septique. Les juifs n’existeraient donc pas en tant que nation… Pour bien comprendre ce livre, il faut avoir à l’esprit que l’auteur ne s’en prend pas qu’au peuple juif. En fait, Shlomo Sand est un pur communiste révolutionnaire et internationaliste. S’il réprouve l’idée d’une nation juive c’est surtout parce qu’il réprouve l’idée de nation tout court. Pour lui, toute nation est un projet illusoire et mortifère, une invention qui repose sur des sables mouvants:

nation3

D’ailleurs, il le dit lui même, la raison, au final, saura abattre l’hérésie nationale:

nation1nation2On notera au passage l’allusion faite à la chouette de Minerve dont la symbolique est clairement franc-maçonne. Pour rappel, c’est entre autre l’emblème du Bohemian Club

images

Enfin, l’auteur nous parle de la construction européenne comme œuvrant à la destruction des nations. Il applaudie d’ailleurs chaleureusement ce noble objectif:

nation4

Effectivement, la démocratie est un système défectueux. Cela ne fait aucun doute. Pourquoi ? Parce que cela prive les peuple d’une authentique souveraineté: le pouvoir est entre les mains des fortunes apatrides. D’ailleurs l’auteur ne s’en cache pas: tout comme la nation, l’idée de souveraineté est une hérésie:

nation5

3- Conclusion

Les juifs anti-sionistes semblent avoir pris pour argent comptant l’idée marxiste qu’il faille abattre les nations et promouvoir un peuple planétaire métissé pour tous les individus. Ils n’ont pas compris que cette doctrine avait été réfléchie pour être exclusivement appliquée aux goyim. Dans un élan véritablement universaliste, ils refusent même aux leurs de conserver leur identité. Aveuglés par un dogme destructeur, ils veulent l’appliquer y compris aux membres de leur propre nation. Il ne luttent pas spécialement contre Israël, mais contre toute entité nationale, contre toute idée de peuple, d’ethnie, de race. On les apprécie pour leurs visions anti-sionistes, sans comprendre le véritable enjeux de leur pensée: si israël doit être abattu, c’est tout simplement parce que toute nation doit disparaître, y compris l’ultime bastion du peuple élu.

Enfin, sur l’anti-sionisme, il me semble que ce débat ne nous concerne pas vraiment et est importé sur notre territoire à nos dépends. Certes, nous ne pouvons pas rester indifférents devant les injustices commises dans cette partie du globe, mais enfin, notre priorité ne devrait-elle pas être les injustices commises envers notre propre peuple ?

Remarque, je n’ai abordé que le cas des juifs communisants, quand est-il des juifs orthodoxes pratiquants et anti-sionistes ? Je laisse la parole à frère Nathanael, qui explique son point de vue (que je partage entièrement).

Publicités

Exclusivité Hanoho: Un prof d’histoire en Pologne viré pour avoir parlé du rôle juif dans la « Shoah »

Exclusivité, parce que je n’ai rien trouvé sur le web francophone à ce sujet.

Il faut savoir que depuis quelques années, dans le dernier pays au monde où l’église catholique romaine conserve encore quelque pouvoir, se mène une intense campagne pour la démoralisation de la nation. Récemment, un énooooorme musée à été construit en Pologne pour célébrer la Shoah et le soulèvement du ghetto de Varsovie, payé en grande partie par le contribuable polonais (10 millions d’euros par le ministère de la Culture + 10 millions d’euros par la ville de Varsovieà qui ont a refusé dans le même temps qu’y soit apposé une simple stèle commémorant les « justes » polonais ayant caché des juifs durant la seconde guerre mondiale au motif qu’il n’est pas bon d’exacerber le sentiment de fierté nationale… On sait où cela à conduit, etc. Une pétition a même été réalisée, par le centre de recherche sur l’Holocauste, où l’on peut lire que cette stèle serait le « triomphe de la complaisance nationale« .

engelking

Barbara Engelking

Et la directrice du centre, Barbara Engelking d’ajouter que ce serait même un « crime antisémite« … Ça va loin, reconnaître la bravoure d’un peuple est un crime antisémite, nous voilà prévenu. L’idéologie est somme toute assez primaire: on se sert dans votre porte-monnaie et vous fermez votre gueule bande de fascistes.

MHPJ_exterior

Nouveau mémorial juif en Pologne, payé en grande partie par le contribuable polonais

Devant cette propagande de fond, s’est levé, le professeur Krzysztof Jasiewicz de l’académie des Sciences de Varsovie, directeur du département d’histoire des pays de l’Est… et il s’est fait viré, purement et simplement. Mais qu’a t-il donc fait ? Violer un gamin ? Égorgé un soldat dans la rue ? Rien de tout cela… Voilà les paroles qui lui ont valu le coup de pied au derche:

Prof. Krzysztof Jasiewicz (photo credit: Polish Photography Agency/Polska Agencja Fotografów)

« Des générations de Juifs ont travaillé pendant des siècles pour parvenir à l’Holocauste »

« Sans la participation active des juifs de l’Holocauste aurait été impossible »

« Dialoguer avec les juifs est une perte de temps »

« Les Juifs nous accusent [les polonais] de tout les maux, ils sont violents et arrogants envers nous. Notre rôle dans ce dialogue se limite à présenter des excuses »

Ce brave homme salopard, fut viré illico presto, comme il se doit. La raison ? « Violation des normes élémentaires de la rigueur scientifique ». Sans commentaires.

Remarque: j’ai voulu partager ce lien sur le site propagande.info, voilà ce que m’a répondu l’administrateur du site:

« [ADMIN : On a supprimé le lien, c’est de la merde de juif, le gros piège habituel. Le type dit « Sans la participation active des juifs de l’Holocauste aurait été impossible ». En réalité, il n’y a pas eu du tout d’Holocauste, c’est une escroquerie des crochus.] »

Je ne peux évidemment pas approuver cette remarque sans me trouver sous le coup de la loi, mais je ferais juste remarquer qu’il existe aussi en Pologne une loi mémorielle qui peut amener l’auteur à 3 ans de prison, sans compter tout le reste. Ce professeur n’est donc pas forcément « un escroc ». Il faut savoir que ce prof subi aujourd’hui une véritable chasse à l’homme dans tous les merdias. Conspué, dénigré, avili… comme ils savent le faire. D’ailleurs les polonais étaient prévenus: lors du congrès juif mondial de 1996, le secrétaire général Israel Singer a dit:

« More than three million Jews died in Poland, and the Polish people are not going to be the heirs of the Polish Jews. We are never going to allow this. (…) They’re gonna hear from us until Poland freezes over again. » If Poland did not satisfy Jewish claims it would be « publicly attacked and humiliated« .

Je crois que c’est à peu près le seul genre de promesse qu’ils tiennent toujours.


Que disait Churchill en 1920 ?

Churchill_portrait_NYP_45063

Churchill… Aujourd’hui, Churchill a sa statue en Israël, (dont on voit dans cette vidéo toute sa soumission) et est célébré comme un authentique sioniste anti-nazi ayant façonné « l’image positive des juifs ». Pour comprendre son pragmatisme et son cynisme, il suffit de lire ce que Churchill écrivait sur ce qu’il pensait vraiment du peuple élu en 1920.

Illustrated Sunday Herald – February 8, 1920, page 5

Churchill b5d3321dfc50Traduction du texte par mes soins (que j’ai récupérer ici parmi d’autres infos):

« Certaines personnes aiment les Juifs et d’autres pas, mais une personne réfléchie ne peut douter du fait qu’ils sont sans aucun doute la plus formidable et la plus remarquable race que le monde ait jamais porté. Et il se pourrait bien que cette incroyable race soit, à l’heure actuelle, à l’œuvre pour produire un nouveau système philosophique de morale, aussi malveillant que le christianisme est bienveillant, qui, s’il n’est pas arrêté briserait définitivement tout ce que le christianisme a rendu possible. On pourrait presque croire que l’Évangile du Christ et l’Évangile de l’Antéchrist proviennent des mêmes personnes, et que cette race mystique et mystérieuse avait été choisi pour la manifestation suprême, à la fois du divin et le diabolique. Les juifs de nationalité russe, en dépit des troubles dans lesquels ils ont souffert, ont réussi à joué un rôle honorable et couronné de succès dans la vie nationale même de la Russie. En tant que banquiers et industriels, ils ont vigoureusement promu le développement des ressources économiques de la Russie, et ils n’étaient pas étrangers à la création de ces organisations remarquables que sont les sociétés coopératives russes. En politique, leur soutien a été donné, pour la plupart, à des mouvements libéraux et progressistes, et ils ont été parmi les plus ardents défenseurs de l’amitié avec la France et la Grande-Bretagne.
Les Juifs internationaux.

Dans une violente opposition à toute cette sphère de l’effort juif se sont levés les plans des juifs internationaux. Les partisans de cette sinistre confédération sont pour la plupart des hommes issus des populations malheureuses des pays où les Juifs furent persécutés à cause de leur race. La plupart, sinon la totalité, d’entre eux ont abandonné la foi de leurs ancêtres, et divorcé de leur esprit toutes les espérances spirituelles de l’autre monde. Ce mouvement parmi les Juifs n’est pas nouveau. Depuis l’époque de Spartacus-Weishaupt à celles de Karl Marx, jusqu’à Trotsky (Russie), Bela Kun (Hongrie), Rosa Luxembourg (Allemagne), et Emma Goldman (Etats-Unis), cette conspiration mondiale pour le renversement de la civilisation et pour la reconstitution d’une société sur la base de l’arrêt du développement, de la malveillance envieuse, et de l’égalité impossible, n’a cessé de croître. Cela a joué, comme l’a si bien montré l’écrivain moderne, Mme Webster, une partie définitivement évidente dans la tragédie de la Révolution française. Cette idéologie a été la cheville ouvrière de tous les mouvements subversifs durant le XIXe siècle, et maintenant, pour finir, cette bande de personnalités extraordinaires du monde de l’ombre des grandes villes d’Europe et d’Amérique a saisi le peuple russe par les cheveux de leur tête et sont devenus pratiquement les maîtres incontestés de cet énorme empire.
Juifs terroristes.

Aucuns besoin d’exagérer le rôle joué dans la création du bolchevisme et dans ce qui a amené la Révolution russe par ces juifs internationaux, athées la plupart. Ils ont eu très certainement un très grand rôle qui l’emporte probablement sur tous les autres. À l’exception notable de Lénine, la majorité des figures de proue sont juifs. En outre, la source d’inspiration principale et la puissance motrice provient des dirigeants juifs. Ainsi Tchitcherin, un Russe de souche, est éclipsé par Litvinoff son subordonné nominal, et l’influence des Russes comme Boukharine ou Lounatcharski ne peut être comparé avec le pouvoir de Trotsky, ou de Zinoviev, le dictateur de la Citadelle Rouge (Petrograd), ou de Krassine ou de Radek – tous des Juifs. Dans les institutions soviétiques la prédominance des Juifs est encore plus étonnante. Et l’important, si ce n’est le principal rôle dans le système de terrorisme appliqué par les Commissions extraordinaires pour combattre la contre-révolution a été prise par les Juifs, et dans certains cas notables par des Juives. On retrouve la même prédominance maléfique des Juifs durant la brève période de terreur au cours de laquelle Bela Kun a régné en Hongrie. Le même phénomène a été présenté en Allemagne (en particulier en Bavière), pour autant que cette folie a été autorisé à se nourrir de la prostration temporaire du peuple allemand. Bien que dans tous ces pays, il y a beaucoup de non-juifs en tous points aussi mauvais que le pire des révolutionnaires juifs, le rôle joué par celui-ci en proportion de leur nombre dans la population est étonnant.
« Protecteur des Juifs. »

Inutile de souligner le fait que les passions vengeresses les plus intenses ont été excitées au sein du peuple russe. Partout où l’autorité du général Dénikine pouvait s’exprimer, la protection a toujours été accordée à la population juive, et des efforts considérables ont été faits par ses officiers pour éviter les représailles et pour punir ceux qui en étaient coupables. Tant et si bien que la propagande de Petlurist contre le général Denikine le dénonça comme le protecteur des Juifs. Mesdames Healy, nièces de M. Tim Healy, concernant leurs expériences personnelles à Kief, déclarèrent qu’à leur connaissance et sur plus d’une occasion, les officiers qui avaient commis des infractions contre les juifs étaient réduits au statut de soldat du rang et envoyé hors de la ville vers le front. Mais les hordes de brigands par qui toute la vaste étendue de l’empire russe est en train de devenir infesté ne montrent aucune hésitation. Pour assouvir leur soif de sang et de vengeance au détriment de la population juive innocente chaque fois qu’une occasion se présente [Ce qui atteste la théorie que le petit peuple juif subie les représailles d’une population légitimement outrée, et devient ainsi l’étendard des martyres juifs brandit par ceux là même qui en sont indirectement la cause !]. Le brigand Makhno et les hordes de Petlioura et de Gregorieff, signalèrent tous leurs succès par les massacres les plus brutaux. Partout on trouva parmi les  population furieuses et frappées de stupeur une immonde révolte antisémite dans ses pires formes. Le fait que dans de nombreux cas les intérêts juifs et des lieux de culte juifs sont exclus par les bolcheviks dans leur hostilité universelle tend de plus en plus à associer la race juive en Russie avec les vilenies qui sont actuellement perpétrés.
Un foyer pour les Juifs.

Le sionisme offre la troisième sphère des conceptions politiques de la race juive. En contraste violent au communisme international. Le sionisme est déjà devenu un facteur dans les convulsions politiques de la Russie, comme une puissante influence concurrente dans les milieux bolcheviques avec le système communiste international. Rien ne pouvait être plus significatif que la fureur avec laquelle Trotsky a attaqué les sionistes en général, et le Dr Weissmann en particulier. La cruelle pertinence de son esprit ne lui laisse aucun doute sur le fait qu’un État communiste mondial sous la domination juive est directement contrarié et gêné par ce nouvel idéal, qui dirige les énergies et les espoirs des Juifs de tous les pays vers une solution plus simple, plus vraie: un objectif beaucoup plus réalisable. La lutte qui commence entre les sionistes et les juifs bolcheviques n’est pas moins d’une lutte pour l’âme du peuple juif.

Winton Churchill »

Remarque1 , Churchill considère que les juifs communistes se sont écartés du droit chemin en ayant « abandonné la foi de leurs ancêtres ». Churchill n’avait probablement pas lu le talmud

Remarque 2, à ce sujet, lire aussi « vive la révolution« , le témoignage d’une rescapée de la révolution russe.

Remarque 3, en 1920, la constitution d’un état hébreux pouvait paraître comme une opposition à la volonté d’une gouvernance globale soviétique entre des mains juives. Je ne suis pas sûr que ce soit toujours le cas. Dans Mein Kampf, Hitler fait par de son scepticisme vis-à-vis d’un tel état en imaginant qu’il pourrait facilement devenir la terre d’asile de toutes les crapules dont les actes auraient été dévoilées dans les nations du monde. Ce qui peut effectivement s’observer aujourd’hui. Néanmoins, il semble qu’il n’y est pas consensus dans la communauté à ce sujet. Le nombre croissant de juifs anti-sionistes est là pour en témoigner. Ils y voient, à juste titre, la dégradation dans le public goy de l’image juive… Kissinger ne déclara t-il pas que « Israël aura disparu dans 10 ans » ? Attali essaye d’ouvrir une nouvelle voie, en appelant de ses vœux l’institution de « Jérusalem comme capitale planétaire d’un gouvernement mondial« , c’est comme le dentifrice: deux en un.