LE BLOG QUI EN A RAS LE CUL – «Un peuple d'élite, sûr de lui-même et dominateur" De Gaulle

CROSSBLOG: L’affaire Outreau, la mascarade sur le point d’être levée ?

Le sang d’enfants violés puis massacrés par des adultes a coulé à Outreau. Cette révélation de mon enquête reste méconnue à l’heure de mettre sous presse. Il s’agit d’une affaire d’Etat, car les auteurs présumés de ces assassinats font partie des individus accusés ou libérés dans les procès pour pédophilie en 2004 et 2005 dans le Nord. Tous les acquittés avaient été reçus à l’Elysée en 2006.

Selon la vérité officielle toujours en cours en 2012 avant ce coup de tonnerre, Outreau est devenue une « erreur judiciaire », même si les verdicts ont condamné quatre adultes et acquitté treize autres, dont un notaire et un prêtre, tous accusés à Outreau de viols contre dix-huit enfants. En réalité, cette affaire constitue une épouvantable imposture. La justice a été bafouée et continue de l’être pour des mineurs victimes de viols en France.

Ces mots ont été écrit par un résistant, Jacques Thomet, un journaliste d’investigation dont j’ai découvert le blog en cherchant des informations sur le net au sujet de l’affaire d’Outreau après avoir lu un opus suspicieux « Au cœur du délire judiciaire« .

Ce dernier livre a été co-écrit par Philippe Houillon, celui-là même qui a été dépêché sur les lieux par le pouvoir pour désamorcer l’affaire (et étouffer ce qui pouvait l’être ?). La thèse est simple: ceux qui furent accusés de pédophilie l’on été à tord, branlebas de combat: la France devra les indemniser. Phillipe Houillon est un ancien vice-président de l’assemblée nationale, proche de Fillon, maire, conseiller général, bref un subalterne de l’oligarchie. Je n’ai rien trouvé d’intéressant dans ce livre: des imprécations gratuites, de la grandiloquence, peu de faits, aucun détail, des résumés d’ambiance, une chasse aux sorcières contre un appareil judiciaire qui se serait emballé, on ne sait ni pourquoi, ni comment, ni pour quelles raisons, ni même quels sont les faits qui permettrait d’étayer un tel point de vue… Cela m’a grandement mis la puce à l’oreille.

Je cherche alors à en savoir plus. D’autant que je connais déjà les œuvres de Stan Maillaud – qui a disparu depuis peu sans laisser de nouvelles – les réseaux de l’horreur partie 1 et partie 2, le témoignage des enfants de l’ancien juge Roche assassiné, ainsi que les sacrifices d’enfants révélés à l’époque sur Fr3. Je tombe donc sur le site de Jacques Thomet, que je vous invite chaleureusement à visiter (ici).

Ancien journaliste de France Press, ayant travaillé à Cuba, au Brésil, à Washington, en Colombie, au Venezuela, en Équateur, et à Paris. Il avait déjà soulevé un lièvre sur l’affaire Bétancourt, ce qui lui a valu la mise à l’écart des grands médias. Aujourd’hui, il tente de publier sa contre-enquête sur l’affaire Outreau, et a ce que j’ai pu comprendre aucune maison d’édition ne lui a encore ouvert ses portes. Le 27 juillet dernier Jacques Thomet annonçait que la maison d’édition Hugo-Doc jetait l’éponge.

Extraits:

Les Dracula d’Outreau

(Jacques Thomet- Copyright 23 septembre 2012)

Le sang d’enfants violés puis massacrés par des adultes a coulé à Outreau. Cette révélation de mon enquête reste méconnue à l’heure de mettre sous presse. Il s’agit d’une affaire d’Etat, car les auteurs présumés de ces assassinats font partie des individus accusés ou libérés dans les procès pour pédophilie en 2004 et 2005 dans le Nord. Tous les acquittés avaient été reçus à l’Elysée en 2006.

Selon la vérité officielle toujours en cours en 2012 avant ce coup de tonnerre, Outreau est devenue une « erreur judiciaire », même si les verdicts ont condamné quatre adultes et acquitté treize autres, dont un notaire et un prêtre, tous accusés à Outreau de viols contre dix-huit enfants. En réalité, cette affaire constitue une épouvantable imposture. La justice a été bafouée et continue de l’être pour des mineurs victimes de viols en France.

Nous reviendrons sur le faux leitmotiv d’une présumée « erreur » commise par la magistrature, avec à sa tête le juge d’instruction Fabrice Burgaud, voué aux gémonies et menacé de mort pour avoir fait son travail.

La vérité cachée vient enfin de sortir de son puits. A maintes reprises, selon cinq des enfants sodomisés à Outreau, des mineurs ont été assassinés, une fois violés en groupe, devant la caméra de nouveaux Dracula français.

L’un de ces petits, devenu majeur, vient d’affirmer, devant la police française, avoir été contraint, sous les menaces de mort de trois des accusés, qui ont filmé le crime, de tuer une fillette dans l’appartement de ses parents, avant l’ouverture de l’enquête en 2001 contre le réseau pédophile de cette banlieue de Boulogne-sur-Mer. Il m’a confirmé les faits.

Quatre autres de ces enfants avaient déjà mentionné à l’époque, devant les autorités, l’existence de meurtres de bébés et de fillettes, confirmée par trois des accusés avant la volte-face de l’un d’eux. Une enquête disjointe sur ces crimes présumés avait été ouverte en 2002. Elle a fait l’objet d’un non-lieu, sans qu’aucun des enfants ni des adultes cités n’aient été ni entendus ni confrontés ! Or Interpol avait signalé à la même époque, dans la même région, la disparition de six enfants.

Ma propre investigation, à partir des trente mille pages du dossier judiciaire, confirme les révélations gravissimes faites par les enfants devant des policiers ou des experts psychologues sur de tels actes qui relèvent, s’ils sont confirmés, d’une autre cour d’assises.

Si une erreur judiciaire a été commise à Outreau, elle l’a été aux dépens de dix-huit enfants violés, sodomisés ou contraints à des fellations sur des adultes. Alors que leurs prédateurs présumés, dénoncés depuis plus de trois ans, avaient été dispersés dans le public, eux, bambins en proie aux pires sévices, furent relégués dans le box des accusés, maltraités et insultés pendant tout le procès par les défenseurs des accusés.

Malgré l’infamie d’un tel dispositif, du jamais vu dans l’histoire judiciaire française, douze enfants ont résisté jusqu’au bout, maintenant leurs accusations. Le saviez-vous ? L’Etat les a indemnisés après les avoir reconnus comme victimes.

En France, depuis l’affaire d’Outreau, et à cause d’elle, la prudence prévaut quand il s’agit de poursuivre les pédophiles. On écoute la parole des enfants violés, mais avec réticence. Ils sont souvent considérés comme des menteurs, même si quelques magistrats courageux ne courbent pas l’échine.

Ne souhaitant  pas être taxés de «nouveaux Fabrice Burgaud » par les avocats de la défense, la plupart des  juges hésitent désormais à croire les dires de ces mineurs quand ils accusent leurs proches d’inceste. Pis encore : les cas abondent de petites victimes retirées à leur mère pour être confiées à des foyers, voire au père qu’ils ont accusé. Dès 2003, l’ONU avait pourtant exposé ces dérapages français dans un rapport resté sans écho (cf. infra).

C’est cet état de fait préoccupant au pays des droits de l’Homme que cette enquête se propose d’exposer à partir de réalités recueillies sur le terrain. Journaliste puis rédacteur en chef à l’AFP pendant trente-deux ans, dont dix-huit à l’étranger, je ne connaissais aucun des protagonistes d’Outreau cités dans le dossier quand je m’y suis penché, sans le moindre a priori, à partir du 24 février 2011.

Lorsque l’enquête a débuté en 2001 dans le Pas-de Calais, je dirigeais les bureaux de l’AFP dans le nord de l’Amérique Latine, depuis Bogota. Moins de deux mois avant les assises de Saint-Omer, je venais, en mars 2004, de rencontrer dans la jungle un chef des FARC, Raul Reyes (abattu par l’armée colombienne en 2008) pour tenter de voir Ingrid Betancourt, alors otage de cette guérilla. J’ignorais donc tout de cette présumée affaire de pédophilie, et n’en avais suivi les péripéties que de loin, par la presse.

Un banal contact téléphonique avec un ami de quarante ans connu en coopération à l’île Maurice (1972) et devenu depuis président d’une cour d’assises, m’a interpellé. Début février 2011, il m’annonce la tenue d’un colloque à Paris, le 24 suivant, sur une « mystification » à Outreau. Vierge dans ce dossier, je décèle une faille dans les conclusions officielles à la lecture du livre publié en 2009 par Marie-Christine Gryson : « Outreau, la vérité abusée » (Hugo Doc). Je me rends donc à cette réunion à Paris.

Les interventions de spécialistes renommés vont poser des questions oubliées depuis le verdict d’Outreau : les petits enfants violés pouvaient-ils inventer leurs sévices ? Etaient-ils capables d’improviser l’existence d’attouchements, de fellations et de sodomies ? Comment imaginer que leurs révélations sur « sucer et se faire sucer », « subir des manières » avec un « bâton en plastique » (un  godemiché) dans les fesses, ou encore voir couler sur eux « le pipi » d’un adulte, puissent sortir d’une imagination débridée ?

Encore incrédule, mais décidé à en avoir le cœur net, je me lance dans l’étude des 30.000 pages du dossier judiciaire d’Outreau (plus de 3.000 cotes), de tous les rapports officiels – commission parlementaire, Inspection générale des services judiciaires (IGSJ), etc… Je m’entretiens avec procureurs, juges dont Fabrice Burgaud, avocats, députés dont Philippe Houillon, assistantes sociales, psychiatres, experts agréés à la cour d’appel, enfants victimes d’Outreau. Mon blog (www.jacquesthomet.com) reçoit des témoignages terrifiants sur les drames vécus par des mères de famille, dont les enfants ont été victimes d’inceste depuis le dernier verdict de 2005. Un bilan effrayant. Les éléments à charge contre des adultes non condamnés s’accumulent. Comment a-t-on  pu aboutir à un tel état de fait ? Comment a-t-on pu mettre en cause la parole des petites victimes, si toutes ces accusations correspondent à la réalité ?

Devant le rouleau compresseur d’une pensée généralement à sens unique depuis Outreau – les enfants mentent  –, je ressens le devoir d’entreprendre une enquête, pour défendre le droit des mineurs à être entendus. Dans le subconscient des Français, Outreau s’assimile à une erreur judiciaire majeure, avec la mise au pilori du juge d’instruction Fabrice Burgaud, puis de la magistrature et des experts judiciaires dans leur ensemble.

Pourtant justice a été rendue. Les assises de 2004 et 2005 ont acquitté treize des dix-huit accusés, dont trois avaient passé des aveux. Quatre autres ont été condamnés sans avoir fait appel. L’un, François Mourmand, est décédé en prison avant le procès. La justice aurait même pu aller plus loin. Nombre de violeurs présumés à Outreau et cités tant par des mineurs que par d’autres adultes ont échappé aux poursuites : une cinquantaine au total, ainsi que le révélera ce livre.

Le juge Fabrice Burgaud et les policiers sous ses ordres sur commission rogatoire ont accompli une besogne écrasante, sans aucun a priori, pour entendre toutes les parties. Les experts des tribunaux ont auditionné enfants et adultes. Même certains avocats de la défense ont reconnu devant la commission parlementaire l’immensité du travail accompli par le juge d’instruction.

Le seul reproche que pouvait alors encourir la justice, c’était d’avoir laissé en détention provisoire certains accusés pendant plus de trente mois avant les assises. Avec raison. Mais ce jeune juge, frais émoulu de l’Ecole nationale de la magistrature, n’y était pour rien. Les refus de mise en liberté sous contrôle judiciaire ont été prononcés par le JLD (juge des libertés et de la détention), Maurice Marlière, avec l’aval, dans tous les cas, de la chambre de l’instruction. Au total, 63 magistrats ont appuyé ses décisions. Le juge Cyril Lacombe, successeur de Fabrice Burgaud en août 2002, a avalisé son enquête, sans y changer un iota avant les premières assises de 2004 à Saint-Omer.

Si les treize acquittés ont obtenu les excuses du pouvoir, s’ils ont été reçus à l’Elysée en 2006 et indemnisés, bien des Français ignorent que douze enfants ont donc été reconnus victimes de viols et indemnisés. En dépit de leur demande, Nicolas Sarkozy a refusé de les recevoir pendant son mandat présidentiel (cf. infra).

Pour ne pas nuire à la solidité des multiples mises en cause contenues dans les pièces judiciaires d’Outreau, j’ai retiré de mon enquête toutes les déclarations de Myriam Badaoui-Delay, l’une des quatre personnes condamnées, et mère de quatre des douze enfants reconnus victimes de viols par l’Etat. Qualifiée de « menteuse » après ses premières rétractations en mai 2004 sur la culpabilité des autres prévenus, sa crédibilité est entamée même si, six jours plus tard, elle a réitéré ses accusations. Cette omission volontaire vise à éviter le reproche d’avoir utilisé les dires de celle que le public considère comme une mythomane.

Cette recherche remet en cause l’image qui subsiste encore dans les esprits sept ans après les assises de Paris : une magistrature jetée aux orties, le lynchage verbal d’un juge, des experts professionnels et surtout des mineurs qualifiés de menteurs par la défense sous les acclamations du public.

Sans vouloir revenir sur la chose jugée, ce scandale d’Etat n’aurait peut-être pas eu lieu si le procureur local, alerté le 5 décembre 2000 par le conseil général du Pas-de-Calais sur les viols d’enfants à Outreau, n’avait pas attendu le 22 février 2001 pour ouvrir une information judiciaire. Les prévenus, certains l’ont reconnu, ont eu loisir, dans l’intervalle, de brûler ou de jeter les preuves de leurs méfaits : K7 vidéo sur le viol des enfants, godemichés et autres instruments de torture. Deux des enfants de Thierry Delay, principal condamné, l’ont accusé d’avoir utilisé « les os de cadavres déterrés dans un cimetière » pour parvenir à ses fins criminelles à leur encontre.

Même l’un des accusés (acquitté ensuite), Thierry Dausque, n’ignore rien, depuis sa geôle, du ménage opéré par Thierry Delay (un « gros porc », selon ce qu’il écrit) pour se débarrasser des preuves en question (cote 1142 du 28 janvier 2002). C’est le juge des enfants qui lui aurait fourni, pour des raisons non élucidées, cette information :

Refaire le procès d’Outreau n’est pas l’objet de ce livre. Cela dit à l’intention de certains avocats de la défense prompts à qualifier de « révisionnistes » et même de « négationnistes » tous ceux – pédopsychiatres, experts psychologues, familles d’accueil, référents des services sociaux, avocats des parties civiles, mineurs victimes, journalistes – qui veulent réhabiliter la parole des enfants victimes.

Aucun des acquittés dans les deux procès de Saint-Omer et de Paris ne peut être rejugé, même si les douze enfants violés dans cette affaire les mettaient à nouveau en cause. Une épée de Damoclès plane cependant sur la tête de l’un ou l’autre des présumés violeurs, si un mineur, non entendu dans ce dossier, venait à porter plainte avant d’avoir 28 ans (38 ans pour les affaires de viols survenues après 2006).

Dans sa vision d’Outreau, le grand public ignore aussi l’existence de trois autres enquêtes connectées à la première, mais disjointes et confiées à d’autres magistrats instructeurs à l’époque des faits, et ce dans la même région (cf. infra). Si ces affaires traitées dans ce livre avaient été médiatisées par le parquet, Outreau aurait sans doute pris une autre tournure face à l’ampleur des quatre dossiers, tous liés à un fil conducteur : les mêmes adultes présumés violeurs et les mêmes enfants victimes de leurs crimes, tous cités dans les quatre enquêtes, et dans la même zone d’Outreau.

A l’inverse, un fol engrenage s’est mis en route en France. Les pédophiles bénéficient parfois d’une étonnante tolérance dans les prétoires, comme le démontrent des exemples récents (cf. infra). Le pouvoir de droite, quant à lui, a voulu profiter de cette nouvelle donne. Ses excuses publiques aux acquittés en 2006 – une première dans l’histoire contemporaine -, leur réception à l’Elysée et une  indemnisation immédiate, sans aucun respect des procédures en vigueur, ont été suivies de la tentative, avortée jusqu’ici, de supprimer la fonction du magistrat instructeur, parfois trop curieux dans des affaires politiques. Ce rêve se rapproche dangereusement de la réalité avec la tendance actuelle de correctionnaliser les affaires de sévices sexuels au détriment des assises.

Mais le principal scandale, depuis Outreau, c’est celui de mineurs victimes de viols ou d’inceste dont la parole est de plus en plus souvent mise en doute. Comme le souligne Marie-Christine Gryson, principal expert à Outreau : « L’ennemi ce n’est plus la pédophilie (…), qui est devenue un mythe national. Non, le danger, c’est l’enfant. Et comme il ne peut parler par excellence et donc se défendre, il porte désormais toutes les tares. Il est devenu le bouc émissaire thérapeute toxique, comme l’a été en un temps le juge d’instruction d’une civilisation en perdition qui ne protège plus ses enfants » (in blog Médiapart – 7 avril 2012).

Avertissement

Dans le souci de préserver la vie privée et de respecter le droit à l’oubli, j’ai décidé dans ce livre d’utiliser des pseudonymes pour désigner les enfants mineurs, déclarés victimes ou non de sévices, ainsi que les adultes non poursuivis, même après leur garde à vue.

(Copyright Jacques Thomet- 23 septembre 2012)

Savez-vous que le couple Lavier est repassé en comparution devant la justice début 2012 pour maltraitance après avoir été indemnisés à hauteur de 500 000 euros en 2005 malgré le fait que les enfants ont été reconnus victimes de sévices sexuels à l’époque ? Là encore Jacques Thormet a fait un boulot monstre, a assisté aux séances, parlé aux protagonistes, étudier les documents… son compte rendu est ici. Grâce lui soit rendu pour son travail édifiant et de longue haleine pour avoir éplucher des milliers de pages de documents et faire lumière sur un scandale d’Etat.

Publicités

4 Réponses

  1. « Quand les bornes sont dépassées, il n’y a plus de limites », selon le dicton. Laurent, frère de Franck, va le mettre en pratique quand vient son tour de passer à la barre. Même s’il n’est poursuivi que pour corruption de mineurs, en raison des films salaces tournés devant des enfants avec les autres prévenus ici présents, il en remet une couche contre les petits. Il évoque pêle-mêle des « punitions justes » et un « complot » contre les adultes. La station à genoux ? « C’est normal ! J’ai subi la même chose quand j’étais gosse. Je connais la règle mise sous les rotules et la punition de la chaise que ma mère nous infligeait. Mais ce n’est rien comparé à ce que j’ai subi : un coup de bâton cassé sur mon dos, et même un radiateur brisé sur ma tête (sic). Les deux enfants de Franck et Sandrine ne faisaient preuve d’aucune politesse. C’est un complot de la famille d’accueil venue les chercher », conclut-il, malgré les réalités de l’enquête sur la fuite à pied des deux gosses, le 24 février 2011.

    novembre 7, 2012 à 5:47

    • Sidérant que la justice ait pu être aveugle à ce point… l’alibi de l’incompétence à bon dos.

      novembre 7, 2012 à 10:48

  2. I will immediately grab your rss feed as I can’t in finding your e-mail subscription link or e-newsletter service. Do you have any? Kindly allow me recognize so that I may just subscribe. Thanks.

    novembre 7, 2012 à 6:14

    • I’ve no idea how to do so. I guess the best is to subscribe for free to wordpress and then to add this blog by clicking on « follow ». Thanks.

      novembre 7, 2012 à 10:46

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s