LE BLOG QUI EN A RAS LE CUL – «Un peuple d'élite, sûr de lui-même et dominateur" De Gaulle

Comprendre le FESF et le Mécanisme Européen de Stabilité (MES)

J’en avais déjà parlé ici et, mais j’en remet une couche après la découverte d’une vidéo magistrale réalisé par Lior Chamla un digne disciple de Pierre Hillard, sur le mécanisme qui nous enchaine désormais comme de vulgaires esclaves du marché, corvéables à merci. Vidéo vue seulement 12 fois sur youtube, alors qu’elle me semble essentielle, ci-dessous.

  • Vous connaissez Klaus Regling ? Non ? Moi non plus. D’ailleurs sa fiche wikipédia est d’une pauvreté sidérante. C’est pourtant lui qui est la tête de l’instrument inter-gouvernemental qui gère le FESF (Fond Européen de Stabilité Financière). C’est un allemand, ancien du FMI et ancien commissaire européen. En gros, il fait parti de ceux qui gouvernent réellement en Europe sans avoir jamais été élu, dispose d’une totale impunité judiciaire, ne paye pas d’impôts aux Etats, etc.

  • Savez-vous que le FESF est une Société Anonyme basée au Luxembourg ? C’est-à-dire selon Wiki « ainsi dénommée car sa dénomination sociale ne révèle pas le nom des actionnaires […] Son statut protège partiellement ses actionnaires en cas de faillite. » Et qui de plus est donc soumis au droit Luxembourgeois… plutôt arrangeante.
  • Vous savez d’où il vient l’argent prêté ? Eh bien, il est emprunté sur les marchés financiers et garanti par les Etats de la zone Euro ! Je pourrais faire pareil (supposons): je vais dans une banque et j’emprunte 10 000 euros à 2% garanti par la maison de mon voisin. Je devrais donc rembourser 10 200 euros à la banque. Ensuite, je vais voir mon voisin parce qu’il a des problèmes d’argent et comme je suis super sympa je vais lui prêter les 10 200 euros. Bien sûr, je veux me faire du blé aussi, alors je lui prête à 6%. Il devra donc me rembourser 10 812 euros. Quand je rendrais l’argent à la banque, j’aurais gagné 612 euros sans rien faire.
  • Mais, car il y a un mais, le FESF prête aux Etats avec conditions imposées La condition est sine qua none du prêt. Le FESF peut demander ce qu’il veut et est juridiquement irresponsable si ce qu’il impose tourne au cauchemar (ça dépend pour qui). Par exemple, je pourrais dire à mon voisin : « je te prête de l’argent, mais tu me laisse passer une nuit avec ta femme« . Une condition du FESF ça peut par exemple être l’interdiction de réaliser un référendum… mais consiste le plus souvent en restructurations, privatisations, licenciements…
  • Mais si mon voisin n’a plus un rond et ne peut plus me rembourser, je vais être dans la mouise me direz-vous ? Eh bien non, puisque le prêt que j’ai réalisé à la banque est garanti par la maison de mon voisin. Dans ce cas, j’empoche tout de même ma commission (612 euros) et la banque prend la maison de mon voisin. Je gagne à tous les coups. C’est ça le FESF. Je l’aurais quand même bien aidé mon voisin, parce que sa femme l’aura lâché et sera dans mon pieu… ça lui fera ça de moins comme charge a supporter.

——————————————-

Mais ça c’est le passé, maintenant c’est le MES qui prend le relais dès 2013. Le FESF était quelque chose d’exceptionnel, le MES va être une structure PERMANENTE (enchainement ad vitam eternam).

  • Première différence, le MES n’est pas une société anonyme mais une institution internationale, définitivement au dessus des lois étatiques.
  • Seconde différence: le capital n’est plus seulement garanti par les Etats, mais peut aussi être libéré… c’est-à-dire que ce coup-ci, mon voisin devra me filer aussi son porte-feuille pour que j’aille emprunter à la banque.
  • Pour l’instant, les Etats doivent débourser 80 milliards d’euros libérés (cash) et garantir 620 milliards d’euros potentiels. Ceci dit, la majorité des membres du conseil des gouverneurs (du politburo ?) pourront changer ces montants en fonction des conditions économiques… ou même en fonction de leur horoscope. J’ai bien dit la majorité, pas l’unanimité… donc si quelques pays ne sont pas d’accord, ben c’est pas grave, ils vont raquer quand même.
  • Troisième différence, si ça tourne au vinaigre, c’est-à-dire si le MES ne peut pas rembourser les marchés parce qu’un Etat lui fait défaut, alors les Etats européens devront fournir au MES le capital garanti dans les 7 jours. C’est un engagement inconditionnel et irrévocable. Fissa Fissa les gars ! 7 jours pour raquer plusieurs centaines de milliards… si ça part en vrille va falloir vendre les bijoux de famille. Privatisations, Sucrage des retraites, licenciement des fonctionnaires, etc. à terme plus de police nationale, plus d’hôpitaux publics, plus d’école publique, plus d’armée nationale, plus de justice… la loi de la jungle et du plus fort quoi. Vive le Darwinisme sociétale !
  • Quatrième différence, l’argent que se fera le MES sur le dos des Etats pourra être investit… c’est-à-dire qu’il pourront aller jouer au casino. Garanti par les Etats bien sûr.
  • Cinquième différence, ceux qui pourront fourrer leur nez dans les comptes du MES devront être nommé par le MES, pas d’audit externe qui ne soit adoubé. Comme dans la mafia, le business ça reste dans la famille, juge d’instruction, magistrat, journalistes indépendants, oust, du balai, y’a rien à voir !
  • Les immunités des membres du MES sont justes sidérantes et semblables à celles du FESF. Bien sûr, ils ne sont pas élus. Faut pas déconner non plus.

NB, pour ceux qui pensent que l’euro peut encore s’effondrer, ce n’est désormais plus possible. L’euro est garanti par les biens de la collectivité. Si l’euro devait sombrer, c’est le patrimoine des Etats qui sera mis en vente. Dans le débat entre Asselineau et Mme Zaki, c’est Asselineau qui a raison. Les attaques sur l’euro n’ont été que le prétexte pour la formation du FESF et du MES, salué par les américains – même si en sous-mains ils ont contribué à affaiblir l’euro, on n’a rien sans rien. Je rappelle que près d’un tiers des commissaires européens sont passés par l’université de Georgetown, haut lieu de formation des cadres de la CIA.

Le patrimoine collectif, c’est tout ce qui nous appartient, y compris les routes, les gares ou même le territoire lui-même, comme l’apprennent les grecs à leur dépends. La Grêce doit encore mener 150 réformes, selon Le Monde du 28 octobre… et le président grecque de répliquer « vous ne pouvez pas demander plus à ces gens qui ont tout donné » Mais si mon cher, un citron ça se presse jusqu’à la dernière goutte ! Voir: La grande braderie en Grèce ! et la liste des îles grecques à vendre.

Idem en Italie

Pour creuser un peu plus, je vous invite à rechercher sur le net ce qu’est la déclaration de Montreux du 23 août 1947. Malheureusement, il est interdit de diffuser ce document et d’indiquer où le trouver… Pourtant, tout y est dit, tout était prévu depuis le début. Je dispose du document pdf. Quelqu’un de plus téméraire en a mit les extraits sur cette vidéo.

Publicités

2 Réponses

  1. J’en ai parlé sur mon blog quans ces deux monstruosités n’ éaient pas encore officielles , avec vidéos explicatives et tout et tout …si j’ avais pissé dans un violon , ça aurait fait le meme effet …
    Et pourtant , le truc à marcher en 3 millions sur Bruxelles et tout casser !!!

    novembre 6, 2012 à 2:44

    • Ce qui est sidérant, c’est le silence avec lequel on nous prive de tous droits constitutionnels, c’est de voir qu’aucun débat ne fait état de ce coup d’état de fait. C’est juste sidérant, sidérant…

      novembre 6, 2012 à 4:19

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s