LE BLOG QUI EN A RAS LE CUL – «Un peuple d'élite, sûr de lui-même et dominateur" De Gaulle

Le prix Nobel de la Guerre

Dieudonné est un petit joueur (à voir!), le plus gros glissage de quenelle c’est le jury du prix Nobel qui nous l’a fait. Nombre de ricanements plus ou moins jaunes, nombre de blogueurs et de journalistes offusqués ont témoignés leur dégoût d’un prix Nobel qui s’est totalement discrédité… après Obama, Nobel de la Paix et président d’un pays en guerre avec deux autres nations.

Parmi les meilleures vidéos trouvées, tout d’abord celle-ci (où intervient notamment DeGaulle et François Asselineau, fondateur de l’UPR):

Enfin, pour les plus courageux, la longue histoire de l’Europe présentée par Asselineau (un must), ponctuée de documents authentiques, de secrets déclassifiés, d’analyses brillantes et des citations décomplexées des personnages historiques qui ont oeuvrés à la création de l’Union Européenne. Asselineau, malgré ses nombreux états de services (notamment conseillé dans le gouvernement de Balladur pour les affaires internationales, employé au ministère des affaires étrangères dans le premier gouvernement Juppé), ses études brillantes (HEC, ENA) et son engagement politique, n’a jamais été l’invité des médias grand publique… une fois sur BFMTV, une fois sur I-télé… c’est un bien pauvre résultat. Et pourtant…

Le fait est que le prix Nobel de la Paix ne devrait pas être attribué à une institution. Comme le rappelle très judicieusement Chossudovsky (professeur d’économie à Ottawa) dont j’ai déjà traduit un article sur les tenants et les aboutissants de la guerre en Ex-Yougoslavie sous le titre « nous vivons ce qu’à vécu la Yougoslavie« , Alfred Nobel, lorsqu’il est décédé, a léguer un testament fort bien détaillé sur les conditions que devaient remplir les lauréats du prix éponyme. En aucune manière, une institution qui ne représente qu’elle même (pas même les européens, puisque l’organe centrale de l’Europe – la commission – est composée exclusivement de membres cooptés et non élus) n’est éligible au fameux prix Nobel.

Tout le reste de la fortune réalisable que je laisserai en mourant sera employé de la manière suivante : le capital placé en valeurs mobilières sûres par mes exécuteurs testamentaires constituera un fonds dont les revenus seront distribués chaque année à titre de récompense aux personnes qui, au cours de l’année écoulée, auront rendu à l’humanité les plus grands services.

Ces revenus seront divisés en cinq parties égales. La première sera distribuée à l’auteur de la découverte ou de l’invention la plus importante dans le domaine de la physique; la seconde à l’auteur de la découverte ou de l’invention la plus importante en chimie; la troisième à l’auteur de la découverte la plus importante en physiologie ou en médecine; la quatrième à l’auteur de l’ouvrage littéraire le plus remarquable d’inspiration idéaliste; la cinquième a la personnalité qui aura le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes, à la réunion ou à la propagation des congrès pacifistes.

Les prix seront décernés : pour la physique et la chimie par l’Académie suédoise des Sciences, pour la physiologie ou la médecine par l’Institut Carolin de Stockholm, pour la littérature par l’Académie de Stockholm, et pour la défense de la paix par une commission de cinq membres élus par la « Storting » norvégienne. Je désire expressément que les prix soient décernés sans aucune considération de nationalité, de sorte qu’ils soient attribués aux plus dignes, scandinaves ou non… (Testament d’Alfred Bernhard Nobel, 27 novembre 1895, c’est l’auteur qui souligne.)

On pourra remarquer néanmoins que l’Europe rempli tout de même une condition à l’éligibilité du prix Nobel de la paix: « la suppression ou la réduction des armées permanentes« , c’est à dire, le démantèlement des armées nationales. En effet, le nombre de régiments militaires censés assurer notre protection sont démantelés à tour de bras… (quelques exemples ici et ) tandis que le reste est envoyé à l’étranger pour des guerres dont nous n’avons aucun intérêt. Rappelons nous l’adage « qui veut la paix, prépare la guerre »… ou dit autrement, « qui veut la guerre se désarme »… Merci L’Union Européenne.

Publicités

4 Réponses

  1. Si , si …me suis farcie toute la video de Asselineau …. des trucs que je savais déjà mais que , hélas , les 9 / 10 de la populace française ne savent pas ..voilà bien le meileur exemple de DESINFORMATION qui puisse exister !!
    Et comment faire ??…le Net n’ est pas suffisant , hélas ..il nous faudra assister à une curée effroyable pour que les gens prennent conscience ..et encore …

    octobre 19, 2012 à 5:58

    • En fait, je crois que nous avons passé le point de non retour, c’est-à-dire que de plus en plus de personnes sont au courant… mais que le fait de savoir ne change plus rien tant qu’il n’y a pas un leader politique qui puisse rallier à lui la masse des individus. Le point de non retour, signifie que cela n’est plus possible dès lors que les médias et toute agence publicitaire est subventionné et soutenue par ceux-là même qui ont le pouvoir… et donc verrouille l’accès aux médias de masse. Qui peut rallier à lui les foules si personne n’en entend parler ? Ce n’est donc plus tellement une histoire de savoir mais plutôt une histoire de qui rallier, pour qui voter, qui soutenir ? Il manque un leadership… et bien sûr, tout est fait que cela perdure…

      octobre 19, 2012 à 8:15

  2. Parmi tous les mecs qui décident pour nous, aucun n’a intérêt à arrêter les frais. Donc, même pas la peine d’en parler, ça continuera de plus belles. J’en viens même à espérer qu’on se dirige aussi vite que possible vers le fédéralisme, comme ça, une fois pour toutes, on sera
    Allemands et on n’en parlera plus.
    Amitiés.

    octobre 21, 2012 à 2:06

    • Effectivement, ça continuera de plus belle. En revanche, je ne pense pas que l’on devienne allemand. Pas plus qu’américain, russe ou italien. En fait, l’objectif me semble t-il est de faire de nous tous des « citoyens du monde » parlant le globish (la novlangue du nouvel ordre mondial) et mangeant macdo ou des nouilles déshydratées. Épurés de toute tradition, dans l’égalitarisme individuel, au nom de notre propre intérêt et donc en ayant banni toute idée d’héroïsme et de sacrifice, on nous a imposé l’idéologie du Dieu « moi » au détriment de la famille, du clan, du groupe, de l’ethnie ou du pays. Le Dieu « moi » n’ayant plus de passé et donc étant sans avenir, nous serons et sommes déjà les « moutons du monde » se goinfrant comme des porcs des miettes que nos maîtres nous jettent à la gueule comme des dealers à des junkies dont l’horizon se limite à se trouver de la drogue: la drogue de la consommation sans frontière, le consumérisme international teinté de charmout akbar: la rébellion des lobotomisés.

      octobre 21, 2012 à 4:46

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s