LE BLOG QUI EN A RAS LE CUL – «Un peuple d'élite, sûr de lui-même et dominateur" De Gaulle

La « pensée crime » des aryens

Dans la classe, Chris lève la main.

Madame, Big Brother il existe vraiment ?

La maitresse sent son cœur se contracter d’épouvante. Avant qu’elle ne puisse répondre, l’élève assis à coté de Chris, qui est la meilleure élève de la classe, demande à son tour.

Madame, je peux changer de place ? Parce que… je ne veux pas être à coté de quelqu’un qui a des pensées impures.

La maitresse lui fait signe que oui tout en regardant Chris de son air sévère du style « mais c’est pas possible ». La petite fille mauvaise élève, se retrouve être la risée de la classe. La maitresse intervient.

Silence ! …Chris, dis-moi, qui t’a dit une chose pareille ?

Je sais pas, je me pose la question, c’est tout.

Mais enfin, il n’y a bien quelqu’un qui t’a dit ce genre de chose ? – Parce que pour la maîtresse, une pensée aussi horrible ne peut pas être l’œuvre d’une enfant… encore innocente, à moins que…

Mais non, personne !

Bon, nous verrons cela avec tes parents et la police divine… Les enfants ! J’ai une recommandation à vous faire. Il faut que vous sachiez quelque chose… – regard de conspiration – Le mal veille ! Tout autour de vous ! Il rampe comme un vermisseau misérable et attend que vous baissier la garde pour vous asséner un coup en traitre. Or penser que Big Brother ne… ne pourrait pas… Oh ! C’est l’œuvre du mal ! c’est un blasphème, c’est une pensée crime, et le crime par la pensée c’est la mort. Car, lui, Big Brother – elle pointe son doigt vers le ciel – Il peut lire vos pensées, il sait ce qu’il y a dans vos têtes et si ce sont des pensées du mal, un grand châtiment vous attend ! Il est dit dans le Saint livre de Big Brother « Il connait les vicieux, il voit clairement les coupables (Job, chapitre 11, verset 11). Lui qui connait les secrets des cœurs. (Psaumes, chapitre 44, verset 21) »

Les élèves ont la chair de poule – un silence de mort glace d’effroi les chérubins dont l’imaginaire et les rêves sont peuplés de montres, d’anges, de démons, d’obligations, d’interdits et d’univers parallèles qu’ils connaissent par cœur depuis leur plus tendre enfance. Ils se regardent du coin de l’œil, les uns les autres, en se demandant s’ils n’ont pas été infiltrés à l’insu de leur plein gré (sic) par le malin. La maitresse reprend.

– Peut être ne le savez vous pas, mais il y a dans la création des êtres inférieurs et des êtres supérieurs. Il existe effectivement des personnes qui pensent que Big Brother n’existe pas, ou qui ne veulent pas suivre ses lois parfaites. – Les élèves, horrifiés à l’idée qu’une telle chose puisse réellement exister, lâchent des « ooh » d’épouvante. Rassurez vous, ils vivent loin d’ici dans des pays mécréants et ils disparaîtront bientôt. Mais nous, en tant qu’être supérieurs, nous devons toujours garder le moral, puisqu’il est dit « Ne vous laissez pas battre, ne vous affligez pas alors que vous êtes les supérieurs, si vous êtes de vrais croyants. » (Verset 139, Sourate Al-Imran). Tout en gardant cela à l’esprit, je vous demande, pour demain, de lire le bas de la page 20 de votre livre de textes, et le début de la page 21. Cela vous donnera l’une des clefs pour éviter de sombrer dans le mal. Attention, je vous poserais des questions !

Dring dring dring

– Vous pouviez y aller, à demain !

– A demain madame ! Disent-ils tous en cœur.

 

(Extraits d’un manuel scolaire provenant d’Arabie Saoudite – Reader and Texts, Grade 7, pt. 2 (2001) p. 79 )

« Il est interdit de se lier d’amitié avec les infidèles ou de les soutenir ou de les aider, par tous les moyens. Toute personne qui se lie d’amitié avec eux s’écarte de la voie de la vérité. Dieu a mis en garde les croyants contre les liens d’amitié avec les infidèles et a mentionné [plusieurs] des raisons [pour lesquelles on doit] éviter de s’en faire des amis, tels que:
• Ce sont des ennemis de Dieu et des croyants …
• Ils ne croient pas au Prophète, le Coran et l’Islam …
• …
• Se faire des amis avec eux en contradiction avec votre djihad pour l’amour de Dieu …

Dieu reconnait l’homme à la manifestation de ses actes ainsi qu’a tout ce qu’il cache et dissimule. Si quelqu’un se lie d’amitié secrètement avec les infidèles et leur révèle des informations sur les musulmans, alors pour eux, Dieu est [certainement] au courant de cela et lui fera payer son action diabolique …« 

Publicités

22 Réponses

  1. C’est trop  » TROP  » !!!!!
    Splendide ! …tu m’as passée au scanner , ma parole !
    J’ai trop aimé ton mélangi- mélangea de bible et de coran …sadique , va !!!
    Bein oui , dans ma tete , ils s’ équivalent absolument , sauf que les cathos sont bien plus coupables salauds parceque parcequ’ils ont la culture en plus …. impardonnable !!!
    1984 , je l’ai eu entre les mains quand j’avais 13 ans ….jamais plus je ne m’en suis séparée …
    Mais combien de personne l’ ont – elles parfaitement assimilé ???
    Et , pourtant , chez les réac ( du moins ceux que j’ai lus ) , on le cite très souvent …

    février 22, 2011 à 4:46

    • Hanoho

      1984 est une référence absolue… il y a plein de petits passages qui sont oubliés, reste la Novlangue, Big Brother… mais il y a des perles qui sont d’une actualité sidérante, et ça date de 1948 !

      « La guerre, cependant, n’est plus la lutte désespérée jusqu’à l’anéantissement qu’elle était dans les premières décennies du vingtième siècle. C’est une lutte dont les buts sont limités, entre combattants incapables de se détruire l’un l’autre, qui n’ont pas de raison matérielle de se battre et ne sont divisés par aucune différence idéologique véritable. […] Mais, dans un sens matériel, la guerre engage un très petit nombre de gens qui sont surtout des spécialistes très entraînés et, comparativement, cause peu de morts. […] Pour comprendre la nature de la présente guerre, car en dépit des regroupements qui se succèdent à peu d’intervalle, c’est toujours la même guerre, on doit réaliser d’abord, qu’il est impossible qu’elle soit décisive. […] Pour autant que la guerre ait un but directement économique, c’est une guerre engagée pour la puissance de la main-d’œuvre. […] Tous les territoires disputés contiennent des minéraux de valeur et quelques-uns fournissent d’importants produits végétaux comme le caoutchouc, dont il est nécessaire, dans les pays plus froids, de faire la synthèse, par des méthodes comparativement onéreuses. Mais ils contiennent surtout une réserve inépuisable de main-d’œuvre à bon marché. […] Le but primordial de la guerre moderne (en accord avec les principes de la double-pensée, ce but est en même temps reconnu et non reconnu par les cerveaux directeurs du Parti intérieur) est de consommer entièrement les produits de la machine sans élever le niveau général de la vie. […] Le monde est, dans son ensemble, plus primitif aujourd’hui qu’il ne l’était il y a cinquante ans. […]

      Dès le moment de la parution de la première machine, il fut évident, pour tous les gens qui réfléchissaient, que la nécessité du travail de l’homme et, en conséquence, dans une grande mesure, de l’inégalité humaine, avait disparu. Si la machine était délibérément employée dans ce but, la faim, le surmenage, la malpropreté, l’ignorance et la maladie pourraient être éliminées après quelques générations. En effet, alors qu’elle n’était pas em­ployée dans cette intention, la machine, en produisant des richesses qu’il était parfois impossible de distribuer, éleva réellement de beaucoup, par une sorte de processus automatique, le niveau moyen de vie des humains, pendant une période d’environ cinquante ans, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe.

      Mais il était aussi évident qu’un accroissement général de la richesse menaçait d’amener la destruction, était vraiment, en un sens, la destruction, d’une société hiérarchisée.

      Dans un monde dans lequel le nombre d’heures de travail serait court, où chacun aurait suffisamment de nourriture, vivrait dans une maison munie d’une salle de bains et d’un réfrigérateur, posséderait une automobile ou même un aéroplane, la plus évidente, et peut-être la plus importante forme d’inégalité aurait déjà disparu. Devenue générale, la richesse ne conférerait plus aucune distinction.

      Il était possible, sans aucun doute, d’imaginer une société dans laquelle la richesse dans le sens de possessions personnelles et de luxe serait également distribuée, tandis que le savoir resterait entre les mains d’une petite caste privilégiée. Mais, dans la pratique, une telle société ne pourrait demeurer longtemps stable.

      Si tous, en effet, jouissaient de la même façon de loisirs et de sécurité, la grande masse d’êtres humains qui est normalement abrutie par la pauvreté pourrait s’instruire et apprendre à réfléchir par elle-même, elle s’apercevrait alors tôt ou tard que la minorité privilégiée n’a aucune raison d’être, et la balaierait. En résumé, une société hiérarchisée n’était possible que sur la base de la pauvreté et de l’ignorance.

      Revenir à la période agricole du passé, comme l’ont rêvé certains penseurs du début du XXe siècle, n’était pas une solution pratique. Elle s’opposait à la tendance à la mécanisation devenue quasi instinctive dans le monde entier. De plus, une contrée qui serait arriérée industriellement, serait impuissante au point de vue militaire et serait vite dominée, directement ou indirectement, par ses rivaux plus avancés.

      Maintenir les masses dans la pauvreté en restreignant la production n’était pas non plus une solution satisfaisante. Cette solution fut appliquée sur une large échelle durant la phase finale du capitalisme, en gros entre 1920 et 1940. On laissa stagner l’économie d’un grand nombre de pays, des terres furent laissées en jachère, on n’ajouta pas au capital-équipement et de grandes masses de population furent empêchées de travailler. La charité d’État les maintenait à moitié en vie.

      Mais cette situation, elle aussi, entraînait la faiblesse militaire, et comme les privations qu’elle infligeait étaient visiblement inutiles, elle rendait l’opposition inévitable.

      Le problème était de faire tourner les roues de l’industrie sans accroître la richesse réelle du monde. Des marchandises devaient être produites, mais non distribuées. En pratique, le seul moyen d’y arriver était de faire continuellement la guerre.

      L’acte essentiel de la guerre est la destruction, pas nécessairement de vies humaines, mais des produits du travail humain. La guerre est le moyen de briser, de verser dans la stratosphère, ou de faire sombrer dans les profondeurs de la mer, les matériaux qui, autrement, pourraient être employés à donner trop de confort aux masses et, partant, trop d’intelligence en fin de compte. […] En principe, l’effort de guerre est toujours organisé de façon à dévorer le surplus qui pourrait exister après que les justes besoins de la population sont satisfaits.

      En pratique, les justes besoins vitaux de la population sont toujours sous-estimés. Le résultat est que, d’une façon chronique, la moitié de ce qui est nécessaire pour vivre manque toujours. Mais est considéré comme un avantage. C’est par une politique délibérée que l’on maintient tout le monde, y compris même les groupes favorisés, au bord de la privation. Un état général de pénurie accroît en effet l’importance des petits privilèges et magnifie la distinction entre un groupe et un autre.

      La guerre, comme on le verra, non seulement accomplit les destructions nécessaires, mais les accomplit d’une façon acceptable psychologiquement. Il serait en principe très simple de gaspiller le surplus de travail du monde en construisant des temples et des pyramides, en creusant des trous et en les rebouchant, en produisant même de grandes quantités de marchandises auxquelles on mettrait le feu. Ceci suffirait sur le plan économique, mais la base psychologique d’une société hiérarchisée n’y gagnerait rien. »

      Sinon, pour revenir à ton idée « toutes les religions se valent », je ne suis pas d’accord. Tout simplement parce que toute les idéologies n’est pas équivalentes. L’idéologie islamique (et juive) est principalement basée sur l’idée de crainte, de terreur d’un Dieu tout puissant, exigeant, impitoyable et aimant seulement celui qui lui obéit aveuglément, sans se poser de questions et en lui faisant miroiter le fait que se faisant, il appartient à l’élite. La figure du Christ est, à mon avis, bien éloignée de cela. Ce n’est pas Allah ou Yahvé qui s’agenouillerait pour laver les pieds des hommes…

      février 22, 2011 à 7:27

      • Mais , Allah et Yavé n’ont pas de …Christ …
        On l’a seulement rajouté à la truelle ….es – tu bien sur , pour laver les pieds de l’ homme ?????

        Tout relu avec passion ….merveille de la pensée qui file comme une felouque sur un grand Nil …quelle aisance dans les enchainements ….
        Et quelles conclusions déconcertantes !…et , pourtant , si tangibles , plus que jamais …

        février 23, 2011 à 3:34

      • Hanoho

        Ben le Christ, c’est (à peu près) pour les Chrétiens ce qu’est Allah pour les mulsulmans, le Yahvé des juifs.

        Mais effectivement, le Christ, dans la mythologie chrétienne, lave les pieds des apôtres en leur disant d’aller faire de même de part le monde. Il dit aussi d’aimer et de prier pour ses ennemis… Ce qui est une chose totalement propre à la chrétienté. Alors il y a peut être beaucoup de cathos cons, mais en tout cas l’idéologie chrétienne n’est pas si mal. Il n’y a que la Chrétienté qui a généré des Luther King et des mères Thérésa.

        Bon, désolé pour les autres com, et pour Dx, mais je suis à la bourre, je répondrais plus tard, faut vraiment que j’y aille.

        février 23, 2011 à 8:29

  2. Il était une fois une fille vraiment formidable. Elle avait un blog, formidable aussi, forcement avec plein de liens mais c’était des liens supers oh ben oui alors pas des vilains liens qui racolent. Et sur ce blog merveilleux tout le monde était content. Forcement puisque c’était super.
    Mais un jour, oh la la !la fille formidable a vu ( elle voyait tout) que les gens supers sur son blog étaient en fait …. des méchants ( sauf deux ou trois). Vite vite elle a pris son bâton et elle les a chassé un peu comme Jésus avec les gars du temple !! non mais ! On allait voir ce qu’on allait voir.
    Après la fille formidable a décidé de faire un autre blog, formidable aussi mais avec juste quelques gens comme elle, très très intelligents et très très formidables et elle a juste invité quelques amis pour qu’il n’y ait pas de méchants cette fois ci. Elle a dit on reste entre nous parce que les autres, oh la la j’ai été voir ils sont presque tous très vilains ou bêtes ou les deux.
    Et alors…. Et alors ouh la, elle a vite repéré (elle repérait tout) une vilaine qui était déguisée mais qui en fait était une vilaine (et bête en plus) Alors elle l’a vite chassée et la vilaine criait stupidement « non non j’ai rien fait t’es folle ou quoi ?????» mais la fille formidable ne s’est pas laissée attendrir et elle a fermé la porte au nez de la vilaine….qui était toute rouge et énervée alors que la fille formidable était pleine d’une saine colère réfléchie.
    Ensuite la fille formidable a mis un verrou….pour se protéger des folles.
    Ouf ça fini bien.

    Sauf qu’après la vilaine qui ne voulait pas que les rabzis prennent la France pour une carpette, ne voulait pas non plus se laisser piétiner alors elle laissait des graffitis sur des murs ou passait la fille formidable… c’était très très vilain mais bon ça se nettoyait facilement alors c’était pas trop grave

    février 23, 2011 à 11:16

    • Hanoho

      Ben, des gens formidables y’en a partout. Des gens formidables qui sont en fait des vilains ? J’ai tendance à penser qu’en fait, il y a beaucoup de vilains qui sont des gens formidables… Si on creuse bien. Bon, les histoires des autres, moi ça m’intéresse moyen, déjà que les miennes, perso, ça m’intéresse moyen… La seule chose qui m’a toujours intéressé se sont les histoires qui restaient dans l’Histoire.

      Sinon, j’adore les grafitis.

      février 23, 2011 à 8:24

      • Oui désolée, là, cette fois, j’ai été vilaine … mais quand on me bâillonne, je crachouille et ça fait des petites bulles partout.

        … je sors.

        février 23, 2011 à 10:17

      • Hanoho

        Je sais pas si tu as été vilaine, c’est à ton entière discrétion, comme on dit. Pour ma part, je n’ai à me plaindre de rien, je te trouve plutôt drôle et sincère. Après sur le net… le monde virtuel, hein, c’est pas non plus ma tasse de thé.
        Pour le reste, je n’ai pas vraiment compris ce qui s’est passé entre vous, et j’avoue que ce genre de crépage de chignon entre nanas, pour lesquelles j’ai d’ailleurs beaucoup de sympathie, me laisse perplexe.

        Reviens !! 🙂

        février 24, 2011 à 8:20

  3. « L’idéologie islamique (et juive) est principalement basée sur l’idée de crainte, de terreur d’un Dieu tout puissant, exigeant, impitoyable … La figure du Christ est, à mon avis, bien éloignée de cela. »

    ça me semble tout à fait évident. j ‘étais en train d ‘écrire sur ce sujet quand je suis passée ici…

    février 23, 2011 à 6:32

    • Oui ..bon …moi , on me gonfle pas avec le Christ …avec dieu , passe encore …c’est intéressant ….
      Jamais eu besoin de ces conneries pour savoir vivre …
      Je déteste les cathos …presque plus encore que les islamistes …

      Ecrivez don sur le christ , ça vous passera le temps …

      février 23, 2011 à 7:34

      • Hanoho

        Je vais te dire mon sentiment sur les chrétiens. A mon avis, l’église pose deux problèmes.

        L’un intrinsèque: aimer tout le monde c’est tout simplement impossible. Les chrétiens ont, du coup, développé un symptôme (qui est à l’antipode de tes valeurs): l’hypocrisie. Se voyant dénié le droit de haïr celui qui les persécute, beaucoup ont sombré dans une sorte de schizophrénie, parfois collective, où l’amour fraternelle est devenu la façade angélique au sourire mielleux de rigueur. A l’intérieur, bien souvent tiraille les affres irrépressibles de la haine. Les musulmans ont développé le même type d’hypocrisie vis-à-vis de la sexualité.

        L’autre, n’est pas du à l’idéologie chrétienne, mais aux circonstances historiques. Les chrétiens ont trusté le pouvoir durant près de 2000 ans. Un pouvoir qui a longtemps été absolu. Or le pouvoir est aux cons, ce que la merde est aux mouches… Une sorte de culte du pouvoir s’est développé. Le paradoxe, c’est qu’aujourd’hui on accuse les chrétiens de cette longue période dictatoriale dont ils étaient à l’origine, alors qu’il me semble qu’ils font justement en ce moment un gros travail de repentir sur tous les abus auxquels les a mené le pouvoir (et qu’ils sont les seuls à le faire)

        Sans vouloir jouer les psy à deux balles, tu me laisse l’impression d’être tombé, dans ta vie, sur un(e) salopard(e) qui t’a sévèrement traumatisé quant à la chrétienté. Et je conçois bien qu’il en existe une ribambelle qui réussirait probablement à dégouté le Christ lui-même de sa propre religion. Je dis ça, surtout parce que tu avais écris ce joli billet où tu avais décris cette tradition chrétienne bon-enfant qui t’avais séduit dans ton voisinage. Ce qui indique que, au fond, tu les aime bien quand même un peu, non ?

        février 24, 2011 à 8:45

  4. et pourtant… sainte Anne …sainte ANNE ! c ‘est quand même pas rien… quand même!
    http://www.ch-sainte-anne.fr/

    février 23, 2011 à 8:01

    • Hanoho

      Ça, c’est du (pas) joli (joli) foutage de gueule. M’enfin, je n’ai rien contre un peu d’humour noir. (que par ailleurs j’affectionne).

      février 24, 2011 à 8:51

  5. … et pis, faut pas oublier de cliquer sur pion-nette, non plus… ce serait dommage.
    farewell , bisous bisous.
    @hanoho promis j ‘arrête ( mais putain que c ‘est BON)
    en plus même le mur de Brebis galleuse a supporté ma déco… j ‘en peux plus!

    février 23, 2011 à 8:20

  6. Je crois que c’est ce qui m’a le plus vexée : que cette « affaire » soit transformée en crêpage de chignon minable grâce à une ou deux remarques auxquelles ne je pouvais plus répondre.
    Ça a été une attaque unilatérale pleine de sous entendus avec une victimisation dans un deuxième temps… d’où mon évocation de la personnalité perverse narcissique de l’attaquante et ma relecture avec cette nouvelle grille…
    Si Chris m’avait dit : « je n’ai plus rien à faire avec toi car tu as mis F+ en lien et que tu aimes les cathos »… il n’y aurait eu aucun « crêpage ».
    F+ : je ne l’avais pas reconnu à cause d’un faux indice (non, Nouratin n’a jamais été sur le blog roll de F+ car ce dernier n’en a tout simplement pas) je n’adhère pas toujours à ses billets mais il m’intéresse et j’adore lire le fil de ses commentaires : j’aime les débats.
    Ma blog roll est une liste de blogs que je lis très régulièrement et de blogeurs qui sont parfois en contradiction totale les uns avec les autres et dont un ou deux ne m’apprécient pas plus que cela. En plus.
    Ce que je PENSE, je l’écris sur mon blog et quand je commente.
    Quand aux cathos … je ne les déteste pas et ne m’en suis jamais cachée, et si tous les rituels me font rire je ne trouve pas les évangiles ridicules ni ne hais le personnage du Christ.
    Bref ce fût une attaque étrangement formulée et transformée de façon encore plus étrange… « Hier , les louves , le poil hérissé , auraient poursuivi , bien imprudemment , hors de leur territoire, par simple instinct de fatuité , un grégaire » !

    Par contre je suis une mauvaise victime pour les pervers car même si j’ai une certaine fragilité affective (merci papa ) qui me conduit à avoir de la peine dans un premier temps (et qui ne me permet pas d’être assez indifférente pour partir au premier coup de griffe) mes capacités de rebondissement sont suffisantes pour qu’on ne puisse me faire mal que sur un temps très court. Du coup au début je pleure un peu mais ensuite c’est tontons flingueurs et je sors Raoul.

    Sainte Anne : elle l’a trop cherché en me répondant quand je te parlais…

    « Les traits dominants et récurrents chez le pervers narcissique sont : un esprit vindicatif, une tendance à la mythomanie, à la paranoïa, un pouvoir de conviction pouvant entraîner de nombreux dommages collatéraux, des personnes qui se compromettent pour lui, un acharnement comparable à celui d’un jusqu’au-boutiste qui voudrait, en outre, donner l’image de lui d’un martyr, persécuté par la personne qu’il est déterminé à éliminer »

    février 24, 2011 à 11:41

    • Hanoho

      Ouais, perso, je ne suis jamais dans le définitif. Des fois les chrétiens je les aime, des fois je les hais, des fois je les plains, des fois ils me font pitié, des fois je supporte leurs combats, des fois je les trouve pitoyables, dangereux, utopistes, fiers, prétentieux, doux, conciliants, aimables, etc. dépends de ce que je vois, des circonstances… Bref, on s’en fou.
      Je viens de voir que j’étais dans la liste sur ton blog ! F+, du coup, ce doit être « Fromage plus » ? J’y vais voir de temps en temps aussi. J’ai même posté un ou deux commentaires qui sont passés totalement inaperçus…
      Je comprends ta position, je trouve que c’est une bonne manière que de savoir rester émotif sans se laisser déborder par ses sentiments. C’est en général ma manière d’être. Sinon, la vengeance ne m’a jamais vraiment attiré, c’est en soit inutile et contre-productif. Seul ce qui est efficient a du prix à mes yeux.
      Pour le reste, j’ai vraiment pas envie d’être mêlé à votre histoire.

      février 24, 2011 à 12:02

      • Ni moi de te positionner en arbitre. Je suis juste contente d’avoir eu le droit de m’expliquer.
        Merci pour cela.

        Pour les religions : je pense que le besoin de domination se sert des religions mais ne les crée pas. Supprimer toutes les religions ne changerait pas la nature humaine.
        Vouloir changer la nature humaine conduit également à des catastrophes.
        Je ne crois qu’aux compromis qui admettent un certain degré d’imperfection et aux civilisations qui sont basées sur cette acceptation.

        février 24, 2011 à 1:40

      • Hanoho

        Tout à fait d’accord, sauf sur un point. « je pense que le besoin de domination se sert des religions mais ne les crée pas. » Là, je suis loin d’être convaincu.

        Parfois une religion a pu naitre de l’esprit d'(un) individu(s) qui ont(a) cherché un idéal, puis elle a été manipulée par la suite pour servir une certaine oligarchie auto-décrétée clairvoyante, certes.
        Mais dans d’autres cas, les religions naquirent directement à l’initiative de chefs guerriers qui cherchaient à fédérer et rallier un maximum d’individus. Ces derniers devant être réduits à l’état de soldats aveuglément obéissants et dont il fallait motiver l’appétit va-en-guerre via un total renoncement de soi-même. C’est-à-dire inciter les êtres humains à faire don de leur vie pour la « cause », décrété divine…

        Pour le reste, pas besoin de me remercier 😉 C’est un plaisir.

        février 24, 2011 à 4:36

  7. Un peu, beaucoup gêné pour commenter ce billet n’ayant pas lu « 1984 », pour la vidéo de « la meilleure élève de la classe », je l’avais déjà utilisée en complément d’un commentaire. Inimaginable qu’on puisse faire un tel lavage de cerveau; hélas on en est là chez les intégristes; ce que j’avais aussi dénoncé par un billet sur les évangélistes américains…!

    février 24, 2011 à 12:51

    • Hanoho

      Eh oui, d’une manière générale, les religions, en tant qu’institutions, ont toujours cherchées à conquérir le pouvoir et quand elles ont des vues universelles, a conquérir le monde. C’est leur raison d’être. Pas besoin d’être religieux pour être spirituel. Les religions sont basées sur des dogmes, ce sont des idéologies et leurs histoires sont jalonnées de guerres sanglantes et de guerres de l’ombre. Elles sont toutes basées sur le lavage de cerveau, dès l’enfance les textes doivent être récités par cœur, les rituels doivent être observés, les mantras répétés sans cesse jusqu’à ce qu’il s’imprime en vous, jusqu’à ce que vous puissiez accepter, croire et au final qu’il devienne évident que 2+2=5. La mère de tout totalitarisme est la religion. Nul besoin de Big Brother lorsque l’on s’en fabrique un qui, a tout heure du jour ou de la nuit, est susceptible de lire jusqu’à vos pensées, lorsque le doute doit être évacué, telle une « pensée crime ». 1984 raconte avant tout le succès d’une religion, même s’il ne parle pas de « Dieu ».

      Heureusement que le nazisme n’était pas reconnu comme religion, sinon nul n’aurait eu le droit de le combattre.

      Bien sûr, les gens croyants en sont les premières victimes – et aussi d’un certain coté les bénéficiaires, comme ceux qui vivent dans la matrice. Elles ne sont pas à blâmer. Sur les évangélistes, il y a eu un article de l’excellente revue Hérodote: « Le télévangéliste Pat Robertson appelle à assassiner Hugo Chavez », Le Monde, 25 août 2005).

      février 24, 2011 à 1:18

  8. geo

    «  »encore innocente, à moins que… » »
    le « à moins que est excellent »…chris a du apprécier..
    mais bon les impurs ne sont pas souvent ceux que l’on croit…nous allons en faire d’ici quelque temps l’amère expérience…mais bon !!

    bon hors sujjet
    les zoziaux que tu as vu chez moi, merci, sont des 2tournaux sansonnet
    un lien
    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tourneau_sansonnet

    amicalement

    février 24, 2011 à 8:22

    • Hanoho

      Oui, la recherche de la pureté est commune à toutes les atrocités historiques…
      Merci pour l’info ! 🙂
      amicalement itou

      février 24, 2011 à 9:32

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s