LE BLOG QUI EN A RAS LE CUL – «Un peuple d'élite, sûr de lui-même et dominateur" De Gaulle

Les retraites ? Suivre les pas glorieux de la Chine populaire bien sûr !

C’est l’alternative. Un coup, défendre son pays c’est se faire appeler facho, un coup c’est se faire appeler gauchiste.

Auajourd’hui, les anciens sont poussés vers la porte dès les 50ans. Selon l’Insee La principale cause d’inscription pour les seniors est le licenciement : trois entrées au chômage sur dix pour les seniors relèvent de ce motif contre une sur dix pour les moins de 50 ans.

Les anciens sont aussi les premiers touchés par le chômage longue durée

La conclusion à laquelle on aboutit naturellement est que cette réforme n’a rien à voir avec le fait de travailler plus longtemps. Puisque les anciens sont massivement mis au chomâge, quel est l’intérêt de rallonger le temps de travail ? Il s’agit d’un pas dans la suppression progressive des retraites. Le jour où la retraite sera à 110 ans, évidemment, cela reviendra les avoir supprimer purement et simplement. Le réel objectif est évidemment de conserver le triple A et de montrer aux instances financières que l’on met de la bonne volonté à exploiter davantage les classes moyennes.

Pour une fois que les jeunes se montrent solidaire avec leur aïeux en manifestant, pourquoi les traiter de petits cons manipulés ? La solidarité inter-génération ce n’est pas quelque chose que l’on devrait railler, bien au contraire. D’ailleurs, peut être est-ce un juste retour des choses, car si la majorité des jeunes ne sont pas dans la rue à mendier c’est souvent grâce à leur géniteurs qui les soutiennent durant les premières années de la vie active. Je sais bien que dans 1984 d’Orwell, on inculque aux enfants que la reconnaissance à l’encontre de leurs parents est néfaste, qu’il faut les dénoncer… Ne vous inquiétez pas, on y vient doucement.

Tous contre les grévistes (??)

Le gouvernement veut brader le système social français et les syndicats jouent le rôle de tampon absorbant. En effet, quand la base syndicale réclame le retrait pur et simple de la réforme, Chérèque et autres Thibault se contentent d’évoquer un retour à la table des négociations, pour amender une réforme injuste… Car Chérèque et Thibault sont réalistes et savent bien que l’on ne pourra pas éviter la réforme. Leur rôle n’est autre que de canaliser la colère de la rue. Ils l’expliquent d’ailleurs eux-même : Les salariés nous demandent de continuer (Chérèque), Les salariés nous demandent de continuer et on le fait (Thibault). Sans les salariés point de protestations… Si Chérèque et Thibault s’insurgent c’est parce qu’ils sont payés pour le faire, pour le reste ils n’en n’ont rien a foutre. Comment s’en étonner ? Qui pousse au démembrement des structures étatiques ? C’est l’Europe ultra libérale. Or les syndicats ont massivement soutenu le traité constitutionnel La CFDT comme plus de 90% des organisations syndicales européennes dit « oui » à la Constitution, « oui » à l’Europe. Bernard Thibault s’est aussi prononcé pour le oui. Et tout cela malgré la grande tiédeur (sinon l’opposition) de leur bases…

Cerise sur le gâteau, durant les manifestations, les casseurs et racailles islamisées viennent foutre leur zone sous l’œil bienveillant des forces de l’ordre (notez le commentaire en début de cette vidéo « les CRS mais putain, mais qu’est-ce qu’ils font ?« , ils attendent que ça passe et interviennent une fois que c’est fini !). En revanche, lorsque des manifestants défilent pacifiquement pour protester, la police ne met pas de gants… C’est toujours plus facile d’en foutre plein la gueule à ceux qui ne se défendent pas, tandis que d’un autre coté, on sait par exemple que la police n’intervient pas pour stopper les rodéos urbains… J’ai des instructions, si j’interviens, dans deux jours le conducteur sera libéré et moi j’aurai perdu mon travail.

Alors, que se passe t-il réellement ? Tel un jeux d’échec les pions avancent de biais, de front, couvrent un temps ceux que l’on envoie à la casse, évitement, double langage, on soupèse l’opinion… Tout ceci n’est qu’un épiphénomène comme tant d’autres dans un agenda plus vaste. En ce qui nous concerne, les manifestations sont pris en tenailles entre d’une part un gouvernement inflexible, d’autre part des syndicats hypocrites et enfin des casseurs anti-France qui décrédibilisent les contestations.

La France, est l’une des dernière à ne pas se soumettre (complètement) à la mise en concurrence globale et à tous les internationalismes, idéologiques ou religieux (ce qui est peu ou prou la même chose) qui cherchent le démantèlement des nations. En Angleterre, par exemple, ou la déliquescence de la nation est dans un état plus avancé que le notre, plus personne ne réagit aux réformes actuelles qui met la société à genoux (ils sont été Thatcherisés):

« L’échelle du démembrement est … à couper le souffle. Le budget de la police va diminuer de 20%. Les dépenses sur le logement social tombera de trois cinquièmes, […] Le financement gouvernemental des conseils locaux va baisser de 28% […] Les dépenses sur les arts tombera d’un tiers. […] Un demi-million d’emplois pourraient être transférés du secteur public au secteur privé au cours des cinq prochaines années comme une conséquence directe de l’austérité […] le chancelier insiste sur le fait que son médicament sera bon pour le pays dans à long terme. »

Mais tout cela est connu depuis les années 70-80 pour les observateurs attentifs: la dette des états doit amener à la mise en esclavage des nations. On est en plein dedans. Ceux qui conspuent les manifestations pour la retraite ne semblent pas voir la dynamique générale dans laquelle nous sommes. L’objectif finale: des salaires de 50 euros par mois sans sécurité sociale et l’éducation des enfants par la mine comme au bon vieux XIXeme siècle. Après tout, ne faut-il pas rembourser la dette ? être compétitif avec la Chine ? Nous dit on à longueur de journées. Sachant que la Chine a mis sa population en esclavage, on sait ce qu’il nous reste à faire…

Justement, la Chine, parlons en ! La Chine, cet exemple merveilleux de socialisme fabien. Voici ce que le fabien Harry Laidler écrivait dès 1919 : « Le socialisme fabien estime que la transition (inéluctable) du capitalisme vers le socialisme doit s’effectuer graduellement.» La Chine nous montre le chemin à suivre et graduellement, on y arrive en effet ! La Chine en ce qui concerne les retraites a ouvert le bal depuis une décennie:

Le projet-pilote de Liaoning

En 2001, un projet-pilote réformant le système public de retraite a été mis en place par le gouvernement dans la province de Liaoning (comptant un dixième des moyennes et grandes entreprises d’État), ainsi que dans certaines villes pilotes de 14 autres provinces. En bref, ce nouveau système diminue les cotisations de l’employeur, retarde l’âge de la retraite et fait évoluer le régime de comptes individuels vers de véritables comptes d’épargne-retraite capitalisés.

Mais dites moi, c’est exactement ce que l’on veut nous faire adopter ici aussi ! Ça alors, je tombe des nues, quelle surprise. La Chine est donc un modèle à suivre ? C’est exactement ce que pense Milton Freidman, prix Nobel d’économie, le père de l’école monétariste de Chicago (dénoncée magistralement par Naomie Klein) et l’instigateur des politiques de Tatcher et de Reagan. La seule chose qu’il y a de malheureux c’est que ceux qui dénoncent les gauchos qui manifestent, œuvrent en réalité pour ceux qui vont les mettre à la soupe populaire…

Ces réformes sont demandées par Bruxelles, et Bruxelles regarde la Chine comme un maître dont il faut reprendre les méthodes:

Vladimir Bukovksy, l’ancien dissident soviétique exprime ses craintes que l’Union européenne est en passe de devenir une autre Union soviétique.

Nigel Farage, parlementaire européen dénonce le même totalitarisme.

D’ailleurs, qui est le président européen dont personne n’a jamais entendu parler ? Qui l’a nommé ? Quels sont ses réels pouvoirs ? A la deuxième question, un parlementaire italien donne la réponse : Bilderberg et Trilatérale !

Alors, je vais résumer pour que les choses soient claires: Le but du jeux c’est le pouvoir et le pouvoir, c’est le monopole. (la concurrence est un péché dixit Rockefeller). Pour se faire, trois étapes:

1- Dans un premier temps, promouvoir un protectionnisme forcené. Deux manières: l’ancienne – L’Angleterre du XVIIème et XVIIIeme siècle et les USA après l’indépendance qui appliquent la technique de la nation mère: en 1816 le Congrès a adopté un tarif protectionniste explicite, avec un taux de 25 pour cent sur la plupart des textiles et des taux aussi élevés que 30 pour cent sur les divers produits manufacturés. En 1824, la protection a été étendue aux produits fabriqués à partir de la laine, le fer, le chanvre, le plomb et le verre. La nouvelle manière: réaliser un dumping économique qui évite toute importation massive: promotion de la production interne (Chine du XXeme siècle).

2- Une fois en position dominante (production de la majorité des biens vendus dans le monde) il faut passer à l’étape suivante: se placer en position de monopole totale. On abolie la politique de protectionnisme et l’on ouvre les frontières en réclamant que les concurrents (qui sont moins développés et donc qui vont se faire bouffer) fassent de même. On les inonde de produits asphyxiant leurs productions et détruisant leur économie au nom du libre échange. L’état ne doit pas intervenir (surtout celui des nations que l’on veut soumettre), c’est le temps de la dérégulation. Remarque, une autre méthode c’est l’aide humanitaire: débarquer des tonnes de riz dans les pays pauvres au nom de la solidarité entrainant de manière directe la fermeture des rizières locales qui ne peuvent entrer en compétition contre du riz… gratuit !

3- Une fois en position de monopole, on s’insurge devant les désastres du capitalisme ultra libéral et l’on régule à nouveau les marchés… pour inscrire dans la constitution les monopoles et éliminer toute velléité de concurrence et donc d’indépendance. De plus, les états doivent aussi être mis à genoux, seuls les institutions internationales sont chargées de la régulation (composées elles-même des membres de chaque monopôles). Désormais inextricablement liés par un endettement massif, les états doivent prêter allégeance aux quelques multinationales et leurs empires financiers qui ne tolèrent plus la moindre contestation.

La finalité du capitalisme: le communisme, c’est-à-dire le monopôle entre les mains d’une oligarchie. Si en plus on peut apporter une couche de religion aux populations désemparées… C’est parfait, car d’une part ça les aide à supporter leur sort, et comme les religions sont des idéologies impériales de domination, on entretient un ennemi pour mieux le combattre. Enfin la dernière subtilité: bien que 80% de la population soit désormais inutile à cause de l’automaticité des techniques de production, il faut faire admettre aux masses qu’elles doivent travailler davantage… Après tout, on peut avoir encore plus rentable qu’un robot: une armée de va-nus-pieds qui bossent 12 heures par jour pour un quignon de pain.

La Chine réalise les 3 étapes en même temps, ce qui lui permet de doubler tout le monde. Elle le fait néanmoins sans l’option religion. Ce qui à mon sens est plutôt bien joué de sa part, cette option étant a double tranchant. La Chine le fait aussi sans immigration, puisque sa masse ouvrière est déjà soumise et exploitée. Ce qui a le mérite de laisser sa culture intacte (pas de multiculturalisme chinois), et lui laisse par là même l’opportunité d’exporter sa culture et de faire du soft power. (soit dit en passant, la population chinoise vieillit, pourtant je n’ai jamais entendu d’arguments fallacieux tels que il faut de l’immigration pour payer les retraites. Ce qui semble bien montrer que l’objectif de l’immigration en occident est là uniquement pour nous amener à un degré de docilité social tel qu’il existe en Chine. C’est tellement vrai que la Chine n’importe pas d’immigrés… mais elle exporte ses ressortissants !

Lingdaozhe (extraits) Hong Kong – Courrier International numéro hors série Octobre-Novembre-Décembre 2010

La Chine a vraiment un temps d’avance sur nous;

Moralité: lorsqu’un régime communiste tend à prendre en compte l’intérêt de son peuple, on lui fait une piqure de capitalisme et lorsqu’un régime capitaliste tend à prendre en compte l’intérêt de son peuple, on lui fait un piqure de socialisme objectif: toujours le renforcement des oligarchies

Publicités

2 Réponses

  1. Saperlipopette ! …je savais tout ça …en particulier le communisme du capitalisme actuel chinois ( et programmé, à niveau mondial, depuis longtemps, par le NOM )…mais je ne saisis pas le rapport avec les grèves actuelles contre la réforme de la retraite …alors que je saisis parfaitement le rapport avec l’ immigration , les polémiques religieuses, l’ abrutissement culturel , la paupérisation lente et l’insistance maladive pour supprimer le concept de nation …

    octobre 26, 2010 à 12:15

    • Hanoho

      Je peux me tromper, mais il me semble que la réforme de la retraite actuelle est l’une des composantes qui nous mènent à la déchéance de nos acquis sociaux obtenus de longue lutte et qui nous mène droit vers le système d’esclavage globalisé. Acquis sociaux (et ce n’est pas un gros mot) qui nous permettent de faire autre chose que de travailler pour bouffer lorsque l’on a plus de 60 ans. De toute façon les vieux ne sont plus compétitifs, plus assez réactifs, endurants, sauf quand ils font du conseil dans les salons privés comme Soubie qui lui prend sa retraite dorée à 70 ans. Mais je ne parle pas des nantis de l’Elysée qui prennent le thé en levant le petit doigt très chèèèèère, je parle des maçons, des charpentiers, des agriculteurs, des agents d’entretiens (tiens, un agents d’entretien français de 60 ans peut il lutter contre ce genre de concurrence organisée par le pouvoir ?) dont plus personne ne veut lorsqu’ils ont passé un certain age: rhumatisants, usés, mal-voyants et j’en passe. C’est la vie, à 60 ans on ne percute pas comme à 20 ou 30 ans. Les gouvernements sont parfaitement au courant: l’argument de la longévité est fallacieux. Les générations qui viennent auront une espérance de vie moindre que leurs aïeux, et coutera plus chers en frais médicaux.

      Un autre aspect qui me semble aussi important: de nombreux bénévoles dans les associations sont des retraités. Associations de restauration et d’entretien du patrimoine, de randonnée, d’expositions, de littérature, de musique… Le rôle des associations est primordiale dans le réseau social et culturel, d’entretien de l’histoire du pays, sans retraités ce sera l’agonie du corps associatif. Mais cela ne se réduit évidemment pas à cela. Il est aussi injuste d’avoir cotisé sa vie durant pour les générations précédentes et de ne pas recevoir l’aide qui fut promise… au nom de la dette de l’état. Et, puis on sait que c’est un premier pas. L’age sera encore reculé, encore et encore.

      La manière d’agir de l’élite financière est toujours la même: s’en prendre aux plus faibles. Les plus faibles ne sont ni les immigrés, ni les religieux, mais les français de 60 ans à la retraite. Ils ne brulent pas de voitures, ni tirent sur les flics, et crèvent en silence… qui sont les vrais pauvres dans ce pays ? Beaucoup de vieux ne trouvent plus de travail (eux, encore moins que la moyenne car ils sont moins compétitifs) à cause du dumping social organisé par l’Europe et du plombier polonais. Deux exemples parmi d’innombrables:
      l’Allemagne n’a, elle, aucun scrupule a employer des ressortissants étrangers en les employant au rabais sans leur appliquer le droit social du pays…
      Les magistrats de la Cour européenne ont donné raison à une entreprise lettone qui versait, en Suède, des salaires inférieurs aux conventions locales.

      Face à cela, tous nos seniors se retrouvent non seulement sans emplois mais, on leur retire maintenant la retraite ! L’horizon salvateur qu’ils attendaient comme une issue de secours (issue de secours, c’est-à-dire parfois 300 euros par mois pour le travail de toute une vie… faut voir ou on en est rendu! – je peux en parler, c’est le cas de ma mère qui était aide-soignante). Le fascisme économique, c’est l’élimination des moins rentables et les plus de 60 ans sont les moins rentables. Marche ou crève c’est le crédo . Les vieux seront et sont les premiers à bruler sur le bucher du nouvel ordre mondial.

      – Au Royaume Uni: « Le nombre de personnes âgées vivant dans la pauvreté a augmenté de 300.000 l’année dernière pour s’établir à 2,5 millions (2008) »
      – En Irlande: « La mesure de la pauvreté relative a montré que 84% des personnes âgées de 65 ans à 74 ans et 89% des personnes âgées de 75 ans sont dans une situation précaire, »
      – En Australie: « La moitié des personnes âgées de la nation vivent dans la pauvreté. »
      – aux USA: Démocrates et Républicains supportent un report des retraites à 70 ans.

      Et on fini tous un jour par être vieux…

      Pour finir, Sont-ce ces vieux qui plombent le budget de l’état ?
      Ou y a t-il d’autres raisons ?

      Un petit extra pour la route: la directive Mac Creevy , déclinaison des accords de l’OMC libéralisant les services au niveau mondial, ressemble fort à la directive Bolkestein qui avait suscité l’émotion au Printemps 2005 :

      1) c’est la loi du pays d’origine qui s’appliquera a priori : en témoigne le guide d’application publié fin 2007 par les services de la Commission de Bruxelles.

      2) le droit du travail est ouvertement subordonné au droit européen, donc au droit du marché

      3) doivent être supprimées les règles nationales qui permettent aux Etats de connaître et de contrôler les prestataires étrangers : ni déclaration, ni autorisation préalable d’activité, ni adresse, ni établissement ou représentant, ni exigence relative au matériel.

      4) les pleins-pouvoirs sont donnés à la Cour de Luxembourg pour l’interpréter, sachant que depuis 2007, sa jurisprudence en faveur du pays d’origine s’accélère : elle permet déjà de sous-payer des salariés d’entreprises de pays de l’Est travaillant en Suède ou en Allemagne, au nom précisément de la « Libre prestation de services » (Affaires Laval et Rüffert).

      5) plus de 4000 métiers sont directement menacés : maçons, plombiers, coiffeurs, agents commerciaux, charpentiers, électriciens, agents immobiliers, guides touristiques, conseils en management, agents de voyage, loueur de voiture, agents d’entretien, soutien aux personnes âgées, parcs d’attraction, services aux entreprises, services aux consommateurs, publicité, etc. (exemples pour la plupart cités par la directive elle-même, Considérant n°33).

      octobre 26, 2010 à 11:43

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s